PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Second tour: Internet et les résultats avant 20 heures, le retour

Cécile Dehesdin, mis à jour le 05.05.2012 à 8 h 54

Twitter. REUTERS/Valentin Flauraud

Twitter. REUTERS/Valentin Flauraud

La Commission nationale de contrôle de la campagne électorale avait recommandé la fermeture de tous les bureaux de vote à 20 heures pour le second tour de l’élection le 6 mai, histoire d’éviter une réédition du premier tour, quand des estimations ont été publiées sur des sites étrangers comme Le Soir ou Le Temps dès 18h30-40, culminant avec la décision de l’Agence France Presse de diffuser ces estimations auprès de ses clients, des médias, à 18h47.

Mais le ministère de l’Intérieur a refusé, estimant qu’on ne changeait «pas les règles du jeu entre deux tours d’une même élection».

Résultat, à partir de 18h30-19h dimanche, c’est reparti pour un tour:

1) La Commission des sondages et celle de contrôle de la campagne ont de nouveau publié un communiqué rappelant l’interdiction de diffuser tout résultat partiel ou estimation de résultats (on vous expliquait la différence entre résultat partiel, sondage sortie des urnes et estimations de résultats ici).

2) Le même dispositif mis en place par la Commission des sondages au premier tour –jugé «satisfaisant»– sera à nouveau appliqué. Si on s’en tient à la conférence de presse pré-premier tour, une cellule de veille d’une dizaine de personnes scrutera l’Internet mondial tandis que les instituts de sondages se sont engagés à ne pas communiquer les estimations de résultats avant 20 heures aux médias étrangers qui ont «annoncé leur intention de violer la loi française» (on suppose pour le second tour, ceux qui l’ont effectivement fait lors du premier, comme Le Soir, la RTBF, Romandie, La Tribune de Genève).

3) Ça ne servira pas à grand-chose: malgré ce dispositif, ces différents sites étrangers ont tout de même diffusé des estimations de résultats bien avant 20 heures, tout comme des comptes Twitter anonymes. Et les sites belges, notamment, comptent bien remettre ça, vu les records de trafic enregistrés le 22 avril.

4) Les mots-clés #IciLondres et #RadioLondres renaîtront sur Twitter (ou auront des successeurs), et avec eux des messages –vrais ou faux– codés plus ou moins poétiques en fonction des auteurs, annonçant que «la rose est plus forte que la rolex» ou vice-versa.

5) L’AFP donnera-t-elle à nouveau les estimations à ses clients médias (mais pas au grand public) avant 20 heures? Après ce choix fait lors du premier tour, le parquet a engagé des poursuites contre l’agence de presse. A l’AFP, on explique être encore en pleine réflexion sur le sujet, aucune décision n’ayant été pour l’instant arrêtée.

6) Les soirées électorales télévisées donneront sans les donner les résultats avant 20 heures, avec leurs directs depuis les quartiers généraux des candidats. On se souvient par exemple de David Pujadas, disant à 19h43 le 22 avril que si les militants PS étaient contents, c’était parce qu’ils se retrouvaient tous ensemble et pas du tout parce que François Hollande était donné devant au premier tour.

7)   Pour les raisons exprimées ici, Slate.fr et les journalistes de la rédaction de Slate.fr via leurs comptes sur les réseaux sociaux ne rompront pas l’embargo, même si nous pensons que pour faire bouger cette loi d’un autre temps, il faudrait un bon coup de pied dans la fourmilière. Si certains rompent l’embargo, nous réévaluerons notre décision (réévaluer ne veut pas nécessairement dire changer).

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte