FrancePrésidentielle 2012 live directPresidentielle

Vote des étrangers: Hollande table sur des voix de droite pour faire passer la réforme

Delphine Dyèvre, mis à jour le 03.05.2012 à 14 h 26

François Hollande en déplacement à Moulins, le 13 avril 2012. REUTERS/Benoît Tessier.

François Hollande en déplacement à Moulins, le 13 avril 2012. REUTERS/Benoît Tessier.

François Hollande est revenu, lors du débat de l’entre-deux tours, sur le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections municipales. Cette mesure, un temps soutenue par le président sortant, est loin de faire l’unanimité, particulièrement à droite.

Pourtant François Hollande semble tabler, s’il est élu dimanche, sur le fait qu'il lui faudra des voix de la future opposition pour atteindre la majorité des trois cinquièmes des parlementaires (députés et sénateurs) réunis en Congrès pour réformer la Constitution:

«Ça voudra dire une partie de la droite et du centre. Et vous avez beaucoup de vos amis, un certain nombre, qui y sont favorables, et la réforme passera.»

La majorité des trois cinquièmes équivaut à 555 parlementaires. Étant donné que la gauche a pour le moment 177 sénateurs, il lui faudrait également 378 députés pour arriver à ce nombre. Pour l'heure, ils ne sont qu'au nombre de 217, en cette fin de législature où seulement 559 sièges de l'Assemblée nationale sont pourvus.

Il faudrait donc à la gauche 161 députés supplémentaires sur les 577 qui composent l'Assemblée Nationale, lors des élections législatives des 10 et 17 juin prochains, pour qu'elle obtienne la majorité des trois cinquièmes au Parlement. François Hollande ne semble pas convaincu de cette possibilité, puisque qu'il a répété ce jeudi matin sur France Inter que même en ayant une majorité à l'Assemblée Nationale à gauche: 

«Il nous faudra le concours, le renfort devrais-je dire, d’un bon nombre de parlementaires du centre et de la droite.»


Avant de conclure: «S’il n’y a pas cette majorité des trois cinquièmes, deux solutions: ou cette révision est abandonnée ou elle est soumise au peuple français», le référendum constituant une alternative au vote du Congrès.

En décembre 2011, le Sénat avait adopté le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales. Le texte n’avait aucune chance de passer à l’Assemblée nationale, majoritairement à droite, mais il s’agissait d’un signal avant le début de la campagne présidentielle officielle. 

Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte