PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Ce que François Hollande et Nicolas Sarkozy devraient dire durant le débat

Delphine Dyèvre, mis à jour le 02.05.2012 à 18 h 47

Le plateau du débat du second tour de la présidentielle, le 2 mai 2012. REUTERS/POOL New

Le plateau du débat du second tour de la présidentielle, le 2 mai 2012. REUTERS/POOL New

DURANT LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE, DES ÉLÉMENTS DE LANGAGE récurrents sont venus ponctuer les discours et les déclarations des finalistes. Après plusieurs mois à s'interpeller par médias interposés, François Hollande et Nicolas Sarkozy vont enfin pouvoir les employer face à face dans l’exercice du débat d’entre-deux tours. Après avoir étudié les discours des deux candidats, voilà quelques arguments que l'on devrait entendre ce mercredi soir:

François Hollande devrait...

• Appeler au rassemblement républicain derrière le «président du changement».

• Attaquer le président sortant sur son bilan, notamment en matière de chômage et sur les cadeaux supposés fait aux plus riches en matière de fiscalité (bouclier fiscal, les heures supplémentaires défiscalisées, les successions détaxées...).

• Reprocher au président-candidat ses «mensonges graves» contre sa personne, Nicolas Sarkozy ayant affirmé que le candidat socialiste souhaitait régulariser tous les sans-papiers ou qu'il était soutenu par Tariq Ramadan ainsi que par 700 mosquées.

• Défendre la moralisation de la vie politique chère à François Bayrou ou encore «l'exemplarité au sommet». Le candidat socialiste critique fortement la présidence bling-bling du président sortant ainsi que les affaires auxquelles ce dernier et/ou des membres de son gouvernement ont été supposément mêlés (notamment l'affaire Woerth-Bettencourt).

• Accuser l'UMP de faire «la course aux thèses du Front national» et d'employer «la tactique de la droite décomplexée» afin d'obtenir les voix des électeurs FN. Et analyser le vote de ces derniers comme un vote de colère.

S'adresser aux jeunes, rappeler les propositions qui leurs sont dédiées, la jeunesse étant l'un des axes majeurs de la campagne socialiste. 

Nicolas Sarkozy devrait...

• Faire valoir son expérience de président, sa carrure internationale dans les sommets, et estimer avoir protégé les Français durant la crise, ce qui, selon lui, lui a permis de ne pas être «balayé» au premier tour, contrairement à certains de ses homologues européens.

• Réaffirmer l'importance des frontières et attaquer le candidat PS sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, le halal ou les piscines de Lille supposément réservées aux femmes voilées.

Déculpabiliser les électeurs qui ont voté Front national et analyser ce vote comme un «vote de crise», de «souffrances». Dans le même temps, se présenter comme le candidat du peuple, qui souhaite «parler aux petits, aux sans-grade, aux ruraux qui ne veulent pas mourir...», face à des observateurs (sondeurs, journalistes...) «qui à force d’observer ne voient plus rien».

• Critiquer l'assistanat en affirmant que les Français «ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille».

• Attaquer François Hollande sur le scandale DSK et la réapparition de l'ancien favori du PS dans la campagne.

• Attaquer également le candidat socialiste sur la dette de la Corrèze, dont il préside le conseil général et qui est le département le plus endetté de France.

D. D.

Delphine Dyèvre
Delphine Dyèvre (57 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte