France / Présidentielle 2012 live direct / Presidentielle

Hollande vu par le New Yorker: un «myope inoffensif qui glousse»

Temps de lecture : 2 min

François Hollande à Bourges le 27 avril 2012, REUTERS/Jacky Naegelen
François Hollande à Bourges le 27 avril 2012, REUTERS/Jacky Naegelen

Il n'y a pas que Nicolas Sarkozy qui se fait tirer le portrait par des médias étrangers. Cette semaine, c'est au tour de François Hollande d'être examiné de près, par le journaliste Adam Gopnik du New Yorker, dans un article férocement drôle.

Gopnik commence par affirmer que la présidence de la Ve République est un rôle monarchique, avant de décrire le candidat socialiste comme un «citoyen roi, qui glousse et porte des lunettes et fait un régime», image troublante pour un possible futur président.

Le journaliste ne s'arrête pas là, traitant Hollande de «candidat socialiste inoffensif, myope, qui fait attention à sa ligne, un homme tellement fade qu'il faut lui imaginer une vie secrète pour le rendre crédible, pas seulement en tant qu'homme politique mais en tant qu'homme tout court».

Hollande n'est pas le seul à en prendre pour son grade, puisque The New Yorker évoque les scores du premier tour de la présidentielle, et avec eux le programme de Marine Le Pen, «qui suggérait une politique sombre qui a semblé plausible pour la dernière fois en juin 1940», et celui de Jean-Luc Mélenchon, «qui récapitulait les idées les plus brillantes de l'automne 1917».

Hollande réapparait alors, quand Gopnik explique aux analystes américains qu'après les morts en Europe entre 1914 et 1945, la social-démocratie européenne, symbolisée par son Union, est l'un des plus grands succès de l'Histoire:

«Comme tous les succès, il peut paraître banal. Il y a quelque chose de pas très inspirant dans les compromis et le quotidien d'un mariage heureux, et quelque chose d'attirant dans un mariage qui se détruit [...]. Un roi citoyen doux et pro-européen est, au moins, mieux qu'un exceptionnaliste passionnément convaincu. La France, et l'Europe, l'ont appris à la dure.»

Cécile Dehesdin Rédactrice en chef adjointe

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters