France / Politique

Au Trocadéro, Nicolas Sarkozy joue la grandeur [Photos]

Temps de lecture : 2 min

Nicolas Sarkozy le 1er mai 2012 sur la place du Trocadéro. REUTERS/Philippe Wojazer
Nicolas Sarkozy le 1er mai 2012 sur la place du Trocadéro. REUTERS/Philippe Wojazer

Après avoir critiqué les syndicats et les défilés de gauche où flottaient des «drapeaux rouges» quand lui avait choisi «des drapeaux tricolores», Nicolas Sarkozy a martelé ce mardi 1er mai qu’il voulait «un nouveau modèle social français».

«Je veux un nouveau modèle français où l’Etat ne sera plus bureaucratique mais entrepreneur», «je veux un nouveau modèle français où la question du coût du travail ne sera pas un tabou», «je veux un nouveau modèle français où la réussite ne sera plus regardée avec suspicion, où le talent et le mérite seront récompensés»...

Acclamé par quelques dizaines de milliers de personnes sur la place du Trocadéro, dans le 16e arrondissement de Paris, le président-candidat a ensuite rendu hommage à la grandeur de la France, à son héritage, à son patrimoine, prônant «une France fière de ses valeurs, j’ose le mot, de son identité. Si nous renonçons à notre identité nous n’aurons rien à partager avec les autres identités dans le monde», a-t-il clamé, empruntant aux idées défendues par Claude Lévi-Strauss dans la préface du Regard éloigné (qui, lui, ajoutait qu’il ne fallait pas juger les autres cultures à l’aune de ses propres valeurs).

«Nous sommes les héritiers d'une immense culture, les enfants de Voltaire, de Chateaubriand, de Victor Hugo. Nous voulons garder notre langue, notre littérature, notre art de vivre. Nous sommes les héritiers d'une immense histoire, de Jeanne d'Arc, de la Résistance, des Trente glorieuses. Nous ne voulons pas de la jalousie, de l'amertume, de la haine, de la lutte des classes, du socialisme. Nous sommes le peuple de France et nous assumons l'Histoire de France dans sa globalité. Nous avons reçu de nos parents et de nos grands-parents un héritage auquel nous ne renoncerons jamais.»

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio