PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Lafranceforte.fr, le site de campagne de Sarkozy, est en panne

Slate.fr, mis à jour le 27.04.2012 à 19 h 01

Capture d'écran de Lafranceforte.fr

Capture d'écran de Lafranceforte.fr

Que se passe-t-il sur le site de campagne de Nicolas Sarkozy? Lafranceforte.fr était indisponible ce vendredi 27 avril en milieu d’après-midi (et l’était toujours à 18h20, au moment de la rédaction de cet article), l’adresse redirigeant les internautes vers le message suivant:

«Ce nom de domaine n'est pas disponible. Il a été enregistré via gandi.net.»

Mise à jour: A 18h53, l'adresse Lafranceforte.fr renvoie désormais vers la page Facebook de Nicolas Sarkozy. Le message d'indisponibilité a donc été visible pendant un peu plus d'une heure, entre autour de 17h30 et autour de 18h45.

Pourquoi le site est-il indisponible? «C’est un problème technique qui est en train d’être réglé», nous assure-t-on au service de presse de La France Forte.  Manuel Diaz, un des responsables de la campagne numérique de l’UMP, parle au Lab d’Europe1 d'un «problème technique de charge sur les serveurs».

Une chose est sûre, l’équipe de campagne numérique du candidat de l’UMP n’a pas oublié de renouveler le nom de domaine, qui expire le 19 janvier 2013 à en croire les informations fournies par Gandi.net, l’entreprise d’enregistrement de noms de domaine et d’hébergement qui gère le nom de domaine et les serveurs DNS du site.

En revanche, les informations du nom de domaine ont été changées à 17h, ce qui correspond à peu près au début de l’indisponibilité du site.

Le site de microblogging Twitter s’est rapidement emparé de la panne, et certains internautes utilisent le hashtag (sujet de discussion) #LaFrancequinepaiepassonFAI pour se moquer du problème (FAI pour fournisseur d'accès internet). Le site de la France forte avait été présenté par ses défenseurs comme une petite révolution avec son aspect «ludique et connecté» lors de sa mise en ligne.

Fleur Pellerin, la conseillère de François Hollande pour l’économie numérique, n’a pas manqué l’occasion d’adresser une petite pique à son homologue de l’UMP Nicolas Princen, s’exclamant «fais quelque chose !!! Ils ont déjà fermé le site du candidat sortant.»

Quoiqu’il en soit, cet incident devrait avoir un effet très limité sur la campagne, qui ne se joue toujours pas sur Internet cette année estimait Vincent Glad ici même:

«C'est une légende urbaine qui ressort tous les cinq ans: la campagne va se jouer sur le web.

Une légende nourrie par au moins quinze ans de frustration. En 1995, la campagne ne s'était pas jouée sur le Minitel. En 2002, la campagne ne s'était pas non plus jouée sur un gif animé. Et en 2007, manque de chance, Facebook avait émergé en France juste quelques semaines après le second tour. En 2012, cette fois-ci, ce devait être la bonne.

Mais à trois semaines du premier tour, on ne voit toujours rien venir.»

G. F.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte