FrancePrésidentielle 2012 live directPresidentielle

Boulevard Saint-Germain: ces affreux «bobos» qui votent Sarkozy à 45%

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 26.04.2012 à 15 h 47

L'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. REUTERS/Thomas Samson.

L'église Saint-Germain-des-Prés à Paris. REUTERS/Thomas Samson.

«Je ne parlerai pas pour les bobos du boulevard Saint-Germain», a déclaré Nicolas Sarkozy, jeudi 26 avril, lors d’un meeting au Raincy, en Seine-Saint-Denis, déclenchant les sifflets de l'auditoire. Les habitants de la célèbre artère parisienne, qui traverse les 5e, 6e et 7e arrondissements de la capitale, sont devenus ces dernières semaines une cible privilégiée de la campagne du président-candidat.

Déjà, mardi, à Longjumeau, il lançait:

«Regardez, regardez bien, les faux généreux, les Tartuffe, qui habitent boulevard Saint-Germain, qui aimeraient tellement qu’il y ait beaucoup plus d’étrangers dans les écoles des quartiers, dans les HLM des quartiers pour en faire des ghettos, ce n’est pas eux qui sont gênés!»

Répondant aux lecteurs du Parisien le 12 avril, il avait également dénoncé les «élites qui refusent de parler des vrais sujets, tous ceux qui donnent des leçons, la gauche caviar, la gauche morale qui habite boulevard Saint-Germain, qui met ses enfants dans des écoles privées». Il avait auparavant tenu des propos identiques, le 7 avril dans le Var, sur ce boulevard connu pour ses cafés huppés (Flore, les Deux Magots, Lipp), sa proximité avec le siège du PS (Ségolène Royal avait d'ailleurs installé son QG au numéro 282 du boulevard en 2007) et le souvenir des barricades de Mai-68.

Désireux de rassurer Nicolas Sarkozy sur le degré d'UMP-compatibilité du boulevard Saint-Germain, nous nous sommes plongés (grâce à l’open data de la ville de Paris) dans le vote, le 22 avril, des quinze bureaux de vote auxquels sont rattachés ses habitants.

Bonne nouvelle pour le président candidat: 45,1% des électeurs des bureaux en question lui ont accordé leur vote, contre seulement 27,3% à François Hollande, légèrement moins que sa moyenne nationale. Derrière, Marine Le Pen (4,9%) et Jean-Luc Mélenchon (6,8%) font largement moins que leur moyenne et François Bayrou (10,3%) un petit peu plus.

Si Nicolas Sarkozy n’aime pas trop le boulevard Saint-Germain, le boulevard Saint-Germain, lui, l’aime donc à environ 45% —sauf à supposer qu’il constitue une réserve indienne rose exclusivement environnée de rues UMP. On suggérera néanmoins à l’Elysée de placer sous surveillance les numéros 1 à 39 et 2 à 46 du boulevard, dans la portion appartenant au Ve arrondissement: les électeurs habitant à ces numéros sont rattachés à des bureaux qui ont placé François Hollande légèrement en tête.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte