FrancePrésidentielle 2012 live directPresidentielle

Les bureaux de votes ne fermeront pas tous à 20 heures, et c'est bien dommage

Cécile Dehesdin, mis à jour le 23.04.2012 à 17 h 58

Une urne. REUTERS

Une urne. REUTERS

C’EST NON. Le gouvernement a répondu par la négative à la recommandation de la Commission nationale de contrôle de la campagne en vue de l’élection présidentielle, qui a proposé lundi que pour le second tour, tous les bureaux de votes ferment à 20 heures afin d’éviter les fuites d’estimations entre 18h30 et 20h, alors que des gens votent encore.

«On ne change pas les règles du jeu entre deux tours d’une même élection», a justifié le ministère de l’Intérieur.

Techniquement, le gouvernement pouvait faire cette modification s’il le souhaitait: les modalités de vote sont déterminées par un décret publié en février dernier, dont il aurait fallu modifier l’article 3, précisait la commission dans sa recommandation.

Ce décret est un décret «simple», pris par le président de la République après consultation du Conseil des ministres, sans qu'il ne soit nécessaire de passer devant le Conseil d’Etat. Comme il y a un Conseil des ministres chaque mercredi, la décision aurait pu être prise ce mercredi 25 avril et publiée au journal officiel avant le second tour.

Les maires des petites et moyennes villes, les sondeurs et les télés auraient dû s'organiser en urgence. Les maires auraient dû se débrouiller pour trouver des bénévoles en plus ou prêts à rester plus longtemps, alors qu’il existe 4.635 communes de moins de 100 habitants et 23.310 de moins de 500 habitants. Ou bien supporter un surcoût en payant davantage d’heures supplémentaires aux employés municipaux.

Quant aux télévisions, elles auraient été bien embêtées à 20 heures: impossible pour leurs instituts de sondage partenaires de procéder à des estimations puisque celles-ci sont fondées sur le dépouillement des premières centaines de bulletins de vote dans des bureaux-test partout en France. Un travail qui d’habitude commence à 18h avec la fermeture de 75% des bureaux de vote, suffisant pour qu’à 20h, les estimations disponibles soient fiables et stables.

En théorie, si les télévisions avaient demandé absolument à avoir quelque chose à donner à 20h, leurs instituts de sondage partenaires auraient pu par exemple leur fournir des sondages réalisés le jour même ou la veille, mais ceux-ci restent déclaratifs et donc beaucoup moins fiables que des estimations fondées sur de véritables dépouillements. Et sans les présenter comme autre chose que des sondages, estime Philippe Hubert, fondateur de la société d’études Le Fil, qui ne pense pas «qu’une télé prendrait le risque de sortir un résultat basé sur un sondage, surtout si c’est serré».  

Pour lui, il se serait probablement passé ce qui se déroule lors des élections municipales: la soirée télévisée aurait commencé à 20 heures mais les estimations se seraient fait attendre, et ça aurait été la course entre les instituts de sondage pour sortir en premier la bonne estimation, le gagnant et le bon résultat.

C. D.

Merci à Anthony Taillefait, professeur de droit public à l'université de Caen

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte