Partager cet article

François Hollande en banlieue au son de Niggas in Paris (VIDEO)

Capture d'écran du clip «48H avec FH»

Capture d'écran du clip «48H avec FH»

Dans un article traduit de l’anglais et paru ici même ce lundi 23 avril, le journaliste de Slate.com Sasha Issenberg explique comment le succès de la campagne de François Hollande, jusqu’à présent, doit beaucoup aux leçons qu’il a tirées de la campagne présidentielle de Barack Obama en 2008, que trois des conseillers du candidat socialiste ont étudiée de près pendant leur séjour aux Etats-Unis.

En ont-ils profité pour devenir des fans de hip-hop américain? Un clip vidéo produit par un proche de la campagne de François Hollande et soutenant l'action du candidat socialiste a été publiée ce mois-ci sur YouTube, avec une bande-originale pour le moins improbable: Ni**as in Paris des rappeurs Jay-Z et Kanye West, tiré de l’album Watch the Throne.

Dans la vidéo, des électeurs français de toutes les origines montrent leur carte électorale. On peut y voir Hollande faire campagne dans les banlieues et villes du nord de Paris le week-end de Pâques: Les Ulis, Clichy-sous-Bois, Aubervilliers ou encore Aulnay-sous-Bois.

Le Lab d’Europe 1 a contacté Bruno Laforestie, conseiller «éloigné» de François Hollande pour la culture et cofondateur de la radio Générations, qui a produit le clip intitulé «48 H avec FH»

«Il n’y a pas eu de demande officielle d’utilisation du titre Niggas in Paris, de Kanye West et Jay-Z, explique-t-il. C’est une vidéo qui avait été tournée sur le principe du making-of, on pensait plutôt faire 300 vues.»

Pour la discrétion, c’est raté: le clip, qui a été mis en ligne le 10 avril, en est à 183.474 vues sur YouTube lundi 23 avril à 16h30, avec 962 personnes qui ont «aimé» et 631 qui n’ont «pas aimé». Vincent Feltesse, le responsable de la campagne numérique de François Hollande, assure au Lab n’avoir «rien à voir avec la vidéo, que nous n'avons d'ailleurs pas reprise sur le site officiel du candidat».

L’utilisation de ce titre de hip-hop aux paroles obscènes pour la campagne du favori de l’élection française n’est pas passée inaperçue aux Etats-Unis. Le site Daily Caller écrit:

«S’il y a des moments de la chanson qui sont coupés en faveur de morceaux de ses discours ou de militants, la plupart des paroles extrêmement explicites de la chanson («nigga», «motherfucker», «shit» pour ne citer que celles-là) sont intactes. Bien que la chanson soit en anglais, ces mots sont loin d’être nouveaux pour les oreilles françaises.»

Slate.com s’amuse «d’un des meilleurs jeux de mots jamais employé dans un clip politique»: l’apparition à l'écran de la ville de Creil, qui se prononce comme l’une des exclamations préférées de Kanye West dans la chanson: «That shit is cray».

Ce n’est pas la première fois que des Français réalisent un clip non autorisé de Niggas in Paris. Dans un article consacré aux clips non-officiels, Eric Vernay évoquait en mars dernier sur Slate.fr le «videojacking» d’un crew de graffeurs parisiens, au résultat plutôt réussi:

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte