Présidentielle 2012 live directFrancePresidentielle

Les résultats définitifs du premier tour

Grégoire Fleurot, mis à jour le 23.04.2012 à 14 h 50

Vue d'ensemble des scores des 10 candidats.

Le dépouillement des bulletins à Illkirch-Graffenstaden près de Strasbourg le 22 avril 2012, REUTERS/Vincent Kessler

Le dépouillement des bulletins à Illkirch-Graffenstaden près de Strasbourg le 22 avril 2012, REUTERS/Vincent Kessler

Le ministère de l'Intérieur a publié ce lundi les résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle pour la France entière, où l'abstention a été de 20,53%, un chiffre qui se situe entre ceux de 2002 (record d'abstention) et 2007 (abstention particulièrement faible).

» L'ensemble de notre couverture du premier tour de l'élection présidentielle

1.

François Hollande 28,63%

Il réalise le meilleur total pour un challenger socialiste de premier tour depuis trente ans, avec près de trois points de plus que François Mitterrand en 1981 et Ségolène Royal en 2007. La gauche améliore ses scores précédents.

François Hollande fait le plein de voix dans les régions favorables à la gauche (Sud-Ouest, Bretagne), mais mord aussi sur des zones moins traditionnellement acquises come le nord et le centre. Il fait aussi passer Paris à gauche avec 34 % des voix, 2 points de plus que Nicolas Sarkozy dans la capitale, qui avait toujours voté à droite lors des présidentielles.

2.Nicolas Sarkozy 27,18%

«S’il n’est pas en tête au premier tour, c’est mort», avait récemment déclaré un ministre au Parisien, tandis qu’un sénateur UMP affirmait à l’AFP:

«Sur sa seule énergie, il a réussi une sacrée remontée mais ça ne suffira pas. Si Sarkozy ne vire pas en tête dimanche avec 4 ou 5 points d'avance sur Hollande, c'est cuit.»

Le score du président correspond plutôt bien aux derniers sondages de la campagne officielle, qui le donnaient entre 25% et 28% au premier tour. En termes de géographie, il conserve la majorité dans l’est et le sud-est de la France, mais perd une large part du centre (Indre, Cher, Saône-et-Loire). Il est premier dans quatre régions de France métropolitaine: Alsace, Champagne-Ardenne, Paca et Corse, contre 16 en 2007.

3.Marine Le Pen 17,90%

Ce score est inférieur aux estimations  qu’avaient données les instituts de sondages dimanche 22 avril au soir du scrutin, qui allaient de 18,2% à 20%, mais au-dessus des dernières estimations parues vendredi 20 avril avant la fin de la campagne officielle, qui prévoyaient un score compris entre 14% et 17% pour la candidate du Front national.

Marine Le Pen dépasse ainsi le score historique réalisé le 21 avril 2002 par son père, Jean-Marie Le Pen. Lors de cette élection marquée par une abstention record de 28,30%, le président du Front national accédait au second tour avec un score de 16,86% des voix, soit 4.804.713 électeurs. En 2007, un million de ces voix avait fondu et Jean-Marie Le Pen terminait à 10,44%, victime de l'offensive de Nicolas Sarkozy sur son terrain.

4.Jean-Luc Mélenchon 11,11%

Le candidat du Front de gauche réalise un score inférieur à ce que lui prédisaient les derniers sondages avant la fin de la campagne officielle (une moyenne de 13,6%). S’il avait pu rêver de figurer au second tour, il affirmait ces derniers jours que son principal «objectif» était de dépasser Marine Le Pen, avec qui il s’est violemment accroché durant la campagne. Il a d’ailleurs reconnu dans la soirée qu’il avait perdu son bras de fer avec la candidate du Front national.

Mais le score de Jean-Luc Mélenchon n’est pas un échec à tous les niveaux: parti en campagne avec 5% des intentions de vote, il multiplie par «par six le résultat de la candidate du Parti communiste en 2007, Marie-George Buffet, qui avait atteint 1,93 % des voix», souligne Le Monde.

5.François Bayrou 9,13%

François Bayrou a rajeuni de dix ans, et se situe plus proche de ses 6,84% de 2002, canal UDF historique, que des 18,58% de 2007, canal «troisième homme» pré-MoDem. Appâté avec l’os Matignon par plusieurs dirigeants de droite, salué pour ses positions sur la moralisation de la vie publique par François Hollande, le député des Pyrénées-Atlantiques sera forcément très courtisé et observé pendant les quinze jours de l’entre-deux-tours.

6.Eva Joly 2,31%

La candidate écologiste avait affirmé son objectif de battre le «meilleur score historique» de Noël Mamère en 2002 (5,25%) et d’atteindre ainsi le seuil de remboursement des dépenses de campagne. A l’arrivée, elle fait à peine mieux que Dominique Voynet en 2007, qui avait recueilli 1,57% des suffrages exprimés, et reste dans la moyenne de ses prédécesseurs, à l'exception de Noël Mamère en 2002.

7.Nicolas Dupont-Aignan 1,79%

Le président de Debout la République était surtout attentif à son score dans son fief de Yerres (Essonne), dont il est député-maire. Aux européennes et aux régionales, scrutins à forte abstention, son parti était sorti en tête dans sa circonscription avec respectivement 24% et 36% des voix. Cette fois-ci, il y réalise 14,9%.

8.Philippe Poutou 1,15%

Il dépasse assez facilement le score le plus modeste de sa formation (0,37% pour Alain Krivine en 1974). L'enracinement local semble n'avoir profité en rien à Philippe Poutou: il n’obtient que 3,09% des voix à Blanquefort, où il est employé au service maintenance et dépannage des machines de l'usine Ford et délégué syndical, alors qu'Olivier Besancenot avait fait 4,72% en 2007. Loin devant: François Hollande (34,79%) et Nicolas Sarkozy (20,73%).

9.Nathalie Arthaud 0,56%

Elle fait moins que le score le plus modeste de Lutte ouvrière jusqu’ici, celui d’Arlette Laguiller en 2007 (1,33%). Elle ne fait que 0,79% à Vaulx-en-Velin, où elle est conseillère municipale.

10.Jacques Cheminade 0,25%

«Je n’ai pas l’espoir d’un score, j’ai l’espoir de créer un mouvement», expliquait fin mars sur Europe 1 le candidat du petit parti Solidarité et Progrès, quelque jours après son accession-surprise au statut de candidat officiel. Déjà en lice en 1995, il avait recueilli précisément 84.959 voix (0,28%), avant d’être quelques mois plus tard le seul candidat à voir ses comptes invalidés par le Conseil constitutionnel dans des circonstances douteuses. Il améliore son nombre de voix de quelques milliers cette année avec 89.572 bulletins.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte