PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Au QG de Le Pen, le contentement et les législatives en tête

Yannick Cochennec, mis à jour le 22.04.2012 à 23 h 59

Ambiance de fête parmi les militants frontistes.

Marine Le Pen, dimanche soir à Paris. REUTERS/Pascal Rossignol

Marine Le Pen, dimanche soir à Paris. REUTERS/Pascal Rossignol

Espace Equinoxe (Paris 15e) - 19h. Foule déjà compacte devant l’Espace Equinoxe où les sympathisants de Marine Le Pen répondent aux questions des journalistes en attendant l’ouverture des grilles qui leur permettra de rejoindre les salons spacieux et lumineux où la chef du Front national ressemble les siens comme son père il y a cinq ans plus tôt.

A l’intérieur, la salle de presse est beaucoup trop petite et oblige l’installation de quelques tables de travail dans le couloir alors qu’Internet est à la peine. Les medias étrangers n’ont pas manqué le rendez-vous.

Les premières estimations circulent déjà parmi les frontistes qui franchissent les portes à 19h20 en se munissant de bracelets verts fluorescents. Elles ne laissent guère d’espoir à leur favorite de figurer au second tour, mais l’ambiance n’est pas à l’abattement pour autant.

Bien au contraire. «C’est un super résultat, s’enthousiasme l’un. Vous vous rendez compte 20%! Dommage qu’il en manque un peu

Aucune nervosité palpable dans la grande salle où TF1 écran occupe l’écran géant avec des baffes qui crachent le son à haut volume. Presque du contentement sur bien des visages alors que clignotent sur les poitrines les badges «J’aime Marine».

Des personnes plutôt âgées, certes, mais aussi pas mal de jeunes dont quelques-uns ont dessiné des drapeaux tricolores sur leur visage. Certains —beaucoup— peinent même carrément à se réjouir ouvertement de ce résultat, le meilleur jamais obtenu par un(e) élu(e) frontiste dans une élection de cette dimension.

«L’élection est pliée, indique une militante. Sarkozy est battu et l’UMP risque de connaître des lendemains difficiles quitte même à exploser. Hollande sera élu Président et devra composer avec Mélenchon. On ne peut rien attendre de ces gens-là si ce n’est des catastrophes.»

Un autre: «C’est un nouveau pas franchi pour demain et il faut espérer que les législatives relaieront ce résultat», avant d’indiquer qu’il ne votera pour personne au deuxième tour. 

A 19h40, Florian Philippot, le directeur de campagne de Marine Le Pen, tire déjà un bilan de l’élection:

«Les électeurs ne sont pas tombés dans le piège Mélenchon. Nicolas Sarkozy a voulu parler à la France silencieuse qui ne l’a visiblement pas entendue parce que la seule à avoir parlé à cette France-là, c’est Marine et depuis longtemps. Ce que l’on sait ce soir, c’est que dans les années à venir, Marine Le Pen sera là contrairement à d’autres.»

Alors que Jean-Luc Mélenchon apparaît sur les écrans géants à 20h15, une bronca s’élève dans la salle, mais l’ambiance est clairement à la fête. Au milieu de la foule, Jean-Marie Le Pen ne cache pas son plaisir. Soudain, il paraît avoir dix ans de moins.

Yannick Cochennec

Remerciements pour la photo à Frédéric Says / France Culture via Twitter

Yannick Cochennec
Yannick Cochennec (575 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte