PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

[DIRECT] Villes-symboles: même Mars n'a pas voté Jacques Cheminade

Slate.fr, mis à jour le 23.04.2012 à 11 h 04

Slate a sélectionné une cinquantaine de villes qui ont marqué le quinquennat, la campagne ou le parcours des candidats.

Jacques Cheminade à Montpellier le 29 mars 2012. REUTERS/Pascal Parrot

Jacques Cheminade à Montpellier le 29 mars 2012. REUTERS/Pascal Parrot

UNE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE, CE N'EST PAS SEULEMENT UN SCORE NATIONAL, C'EST AUSSI PLUS DE 36.000 SCRUTINS LOCAUX. De Rungis et «la France qui se lève tôt» au discours de Grenoble, certaines villes ont été particulièrement associées au quinquennat. D'Yssingeaux à Montauban, d'autres ont été particulièrement marquées par la campagne présidentielle.

Quels résultats y réaliseront les différents candidats dimanche soir? N’hésitez pas à revenir visiter cette page, l’article est actualisé au fur et à mesure que les résultats tombent.

Mars (Ardèche/Gard/Loire)

La planète Mars est au coeur du programme de Jacques Cheminade. Le candidat de Solidarité & progrès souhaite en effet relancer la conquête spatiale et y mettre en place une station. En attendant que l’on fasse voter les électeurs de la planète rouge («dans trois générations», s’il est élu président), combien de voix Jacques Cheminade recueillera-t-il dans les trois communes qui portent le nom de Mars?

En 1995: à Mars-Ardèche et Mars-Gard, zéro voix pour Cheminade. A Mars-Loire, une voix (0,30%).

En 2012: les habitants de Mars-Ardèche ne semblent toujours pas convaincus par le programme de Jacques Cheminade, qui ne recueille aucune voix. A Mars-Gard, le candidat de Solidarité et Progrès en obtient une (0,81%). A Mars-Loire, il en récupère 3 (0,77%).

Retourner au sommaire

Villes-tests: Annemasse (Haute-Savoie), Bourges (Cher), Châteaudun (Eure-et-Loir), Donzy (Nièvre), Louviers (Eure)

A chaque média, durant la campagne, sa ville qui «vote comme la France». TF1 a choisi Louviers pour ses reportages et duplex du 22 avril. Le Parisien, i>TELE, RFI ou encore RTL ont jeté leur dévolu sur Châteaudun. De nombreux médias se sont rendus en reportage à Donzy, un village de la Nièvre, tandis que France Info s'est rendu à Annemasse et France 3 à Bourges. Laquelle des cinq remportera la palme de la meilleure «ville-miroir»?

En 2007: à Annemasse, Sarkozy 32,70%, Royal 26,86%, Bayrou 19,56%, Le Pen 9,52%. A Bourges, Sarkozy 30,62%, Royal 26,92%, Bayrou 19,87%, Le Pen 7,83%. A Châteaudun, Sarkozy 31,44%, Royal 24,01%, Bayrou 19,03%, Le Pen 11,55%. A Donzy, Sarkozy 29,67%, Royal 24,31%, Bayrou 18,95%, Le Pen 11,74%. A Louviers, Sarkozy 29,81%, Royal 26,58%, Bayrou 16,78%, Le Pen 11,35%.

2012: A AnnemasseHollande 29,62%, Sarkozy 27,61%, Le Pen 15,28%, Mélenchon 11,71%, Bayrou 9,41%. A Bourges, Hollande 31,08%, Sarkozy 25,95%, Mélenchon 14,09%, Le Pen 13,25%, Bayrou 9,93%. A Châteaudun: Hollande 28,80%, Sarkozy 27,90%, Le Pen 18,95%, Mélenchon 9,25%, Bayrou 9,09%. A Donzy, Sarkozy 27,20%, Hollande 25,50%, Le Pen 19,90%, Mélenchon 9,10%, Bayrou 9,10%. A Louviers, Hollande 30,27%, Sarkozy 24,80%, Le Pen 18,40%, Mélenchon 11,94%, Bayrou 7,71%.

Retourner au sommaire

Baudreix (Pyrénées-Atlantiques)

Ce village de moins de 600 habitants compte depuis 2008 parmi ses adjoints au maire Frédéric Nihous, candidat des chasseurs en 2007, qui s'est rallié à Nicolas Sarkozy le 22 février après avoir réfléchi à une nouvelle candidature.

En 2007: Bayrou 42,90%, Royal 23,87%, Sarkozy 12,99%, Le Pen 6,65%.

En 2012: Hollande 27,43%, Bayrou 26,25%, Melenchon 17,11%, Le Pen 13,57%, Sarkozy 11,21%.

Retourner au sommaire

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques)

C’est sans doute là-bas que Nicolas Sarkozy a été le plus «fraîchement» accueilli au cours de sa campagne. Le 1er mars dernier, le président de la République a été hué et sifflé par des militant indépendantistes basques. Mécontent, le candidat de l’UMP a accusé François Hollande d’avoir «échauffé les esprits de la base» en préconisant «l’épuration» à la tête de l’Etat.

2007/2012: Bayonne a à nouveau choisi le candidat socialiste au premier tour. Avec 31,18%, François Hollande fait mieux que Ségolène Royal en 2007 (29,08%). Nicolas Sarkozy, lui, fait moins bien: 24,55% contre 27,21% auparavant. Le Front National double son score (11,61% contre 6,96%) tandis que François Bayrou le divise par deux (de 22,33% à 11,20%).

Retourner au sommaire

Belfort (Territoire de Belfort)

C'est le fief de Jean-Pierre Chevènement, qui y a été élu municipal de 1977 à 2008 et en est sénateur. Le candidat de 2002 s'est rallié à François Hollande, obtenant notamment en contrepartie quelques investitures pour ses proches, dont la circonscription de Belfort.

2007/2012: le ralliement a semble-t-il porté ses fruits. François Hollande prend la première place avec 29,50% des voix (28,08% pour Ségolène Royal en 2007). Nicolas Sarkozy perd six points (de 29,76% à 23,07%). Marine Le Pen gagne près de 7 points par rapport à son père en 2007, avec 19,03%. François Bayrou s'effondre, passant de 15,54% à 8,76%.

Retourner au sommaire

Blanquefort (Gironde)

La ville est chère au coeur de Philippe Poutou: le candidat du NPA est en effet employé au service maintenance et dépannage des machines de l'usine Ford, dont il est délégué syndical.

2007/2012: l'enracinement local semble n'avoir profité en rien à Philippe Poutou: 3,09% des voix alors qu'Olivier Besancenot avait fait 4,72% en 2007. Loin devant: François Hollande (34,79%) et Nicolas Sarkozy (20,73%).

Retourner au sommaire

Bordeaux (Gironde)

Le fief d'Alain Juppé, battu aux législatives 2007 mais facilement réélu aux municipales 2008, est traditionnellement une place forte de la droite, qui gère la ville depuis l'après-guerre.

En 2007: Royal 31,37%, Sarkozy 30,84%, Bayrou 22,01%, Le Pen 5,42%.

En 2012: Hollande 33,05%, Sarkozy 28,68%, Mélenchon 12,16%, Bayrou 10,90%.

Retourner au sommaire

Bordères (Pyrénées-Atlantiques)

La ville natale de François Bayrou (son père en était maire) est aux racines du discours du candidat centriste, qui revendique une identité rurale. Il en est toujours élu en tant que député de la deuxième circonscription du département.

2007/2012: Même chez lui, François Bayrou fait un score bien inférieur (36,63%) à celui de 2007 (56,68%). Derrière lui se placent François Hollande (27,91%, plus que Ségolène Royal et ses 21,76% en 2007), Jean-Luc Mélenchon (11,43%) et Marine Le Pen (10,66%).

Retourner au sommaire

Bourgoin-Jallieu (Isère)

Nicolas Sarkozy a fait des pieds et des mains pour venir en aide aux ouvriers de l’usine Photowatt, menacée de fermeture. Le président de la République aurait fait pression sur EDF pour que l’électricien reprenne ce fabriquant de panneaux solaires. 345 salariés garderaient leur emploi, 85 autres seraient reclassés.

En 2007: Sarkozy 31,78%, Royal 26,25%, Bayrou 19,02%, Le Pen 10,79%.

En 2012: Hollande 29,82%, Sarkozy 25,75%, Le Pen 18,65%, Mélenchon 10,89%.

Retourner au sommaire

Brignoles (Var) et Carpentras (Vaucluse)

En 2011, ces deux communes avaient causé un choc en élisant deux conseillers généraux FN, Jean-Paul Dispard et Patrick Bassot, face à des candidats de gauche. Seul le second est aujourd'hui encore en poste, après l'invalidation du premier.

En 2007: à Brignoles, Sarkozy 37,10%, Royal 19,70%, Bayrou 14,88%, Le Pen 14,80%. A Carpentras, Sarkozy 35,42%, Royal 19,36%, Le Pen 18,57%, Bayrou 14,47%.

En 2012: à Brignoles, Sarkozy 29,62%, Le Pen 28,75%, Hollande 21,87%, Mélenchon 9,74%. A Carpentras, 29,09%, Sarkozy 28,53%, Hollande 21,62%, Mélenchon 9,82%.

Retourner au sommaire

Chantilly (Oise)

La ville du grand brûlé du quinquennat, Eric Woerth. Le maire de la très chic commune picarde a dû quitter le gouvernement fin 2010 à cause des développements de l'affaire Bettencourt et fait également l'objet d'une enquête de la Cour de justice de la République dans l'affaire de la vente d'une parcelle de la forêt de Compiègne à une société hippique.

En 2007: Sarkozy 43,53%, Bayrou 19,58%, Royal 17,59%, Le Pen 10,31%.

En 2012: Sarkozy 39,54%, Hollande 21,44%, Le Pen 15,80%, Bayrou 10,77%.

Retourner au sommaire

Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne)

Le fief historique du général de Gaulle fait l'objet cette année de toutes les attentions du FN, qui y a dépêché comme candidat pour les législatives le vice-président et avocat du parti, Wallerand de Saint-Just.

En 2007: Sarkozy 51,77%, Le Pen 14,61%, Bayrou 13,36%, Royal 8,35%.

En 2012: Sarkozy 49,58%, Le Pen 24,16%, Hollande 10,08%, Mélenchon 5,88%, Bayrou 5,88%.

Retourner au sommaire

Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

L’épicentre des émeutes urbaines de 2005. C’est là, en 2007, que Nicolas Sarkozy avait été accueilli sous les huées de centaines de jeunes habitants et qu’il avait déclaré être en mesure de se «débarrasser» de ce qu'il qualifiait de «bande de racailles».

En 2007: Royal 41,63%, Sarkozy 24,51%, Bayrou 14,33%, Le Pen 9,24%.

En 2012: Hollande 48,24%, Sarkozy 15,78%, Mélenchon 15,54%, Le Pen 12,83%.

Retourner au sommaire

Epaignes (Eure)

Hervé Morin, qui s'est rallié à Nicolas Sarkozy après avoir longtemps fait planer l'hypothèse de sa propre candidature, est le maire de cette commune.

En 2007: Bayrou 43,88%, Sarkozy 20,54%, Royal 12,88%, Le Pen 12,12%.

En 2012: Sarkozy 31,47%, Le Pen 24,18%, Hollande 18,59%, Bayrou 9,60%.

Retourner au sommaire

Fessenheim (Haut-Rhin)

C’est autour de la centrale nucléaire alsacienne que s’est cristallisée la différence de programmes entre Nicolas Sarkozy et François Hollande concernant le nucléaire. Le premier a assuré que l’installation continuerait de fonctionner alors que le second, qui souhaite réduire la part du nucléaire dans l’énergie consommée par les Français de 75 à 50% d’ici 2025, a affiché son intention de la fermer s’il était élu.

2007/2012: la droite l'emporte encore plus largement qu'en 2007. Nicolas Sarkozy passe de 29,94% à 33,55% et Marine Le Pen fait une impressionnante percée, améliorant le score de son prédécesseur de près de 10 points à 24,85%. Suivent derrière François Hollande, 12,43%, François Bayrou, 11,99% et Jean-Luc Mélenchon, 10,38%.

Retourner au sommaire

Florange et Gandrange (Moselle)

Nicolas Sarkozy a fait du sauvetage d’entreprises son fer de lance, et l’usine ArcelorMittal de Florange, dont le haut fourneau est arrêté depuis octobre 2011, ne fait pas exception. Le président-candidat assure que c’est grâce à son intervention que le groupe du milliardaire Lakshmi Mittal va investir 17 millions d’euros dans le site. Une annonce qui n’a pas particulièrement réjoui les ouvriers de la société, les syndicats remarquant que de tels investissements étaient déjà prévus de longue date et n'oubliant pas la fermeture de l'aciérie de Gandrange, en 2009.

2007/2012: Nicolas Sarkozy dégringole d'une élection à l'autre, et le FN prend de l'ampleur. A Florange, le président sortant passe de 28,12% en 2007 à 19,01% en 2012. François Hollande arrive en tête avec 32,30%, suivi par Marine Le Pen avec 25,69% (16,18% en 2007). A Gandrange, Nicolas Sarkozy descend à 19% (plus de 6 points en moins), loin derrière Marine Le Pen (28,15%) et François Hollande (29,69%).

Retourner au sommaire

Grenoble (Isère)

Le 30 juillet 2010, au lendemain d’un fait divers au cours duquel un policier avait été blessé, Nicolas Sarkozy avait prononcé dans cette ville de gauche un discours musclé marquant un tournant dans sa politique sécuritaire et le début des actions menées contre les Roms, critiquées au niveau européen. Aujourd’hui, le président-candidat estime qu’il referait un tel discours mais «sans parler d’une communauté en particulier».

2007/2012: François Hollande réalise exactement le même score que Ségolène Royal en 2007: 36,31%. Comme elle, il se place devant Nicolas Sarkozy (21,33%, 26,78% en 2007). Suivent Jean-Luc Mélenchon (15, 41%) et Marine Le Pen (10,83%, 5,59% en 2007).

Retourner au sommaire

Guilvinec (Finistère)

«Bah descends un peu le dire!» En déplacement au port du Guilvinec le 6 novembre 2007, Nicolas Sarkozy était pris à partie par des pêcheurs en colère face à la hausse des prix du carburant. Alors qu’un homme l’insultait, le président, visiblement piqué au vif, lui avait répliqué. L’altercation n’était pas allée plus loin (l’homme en question lui promettant tout de même «un coup de boule») mais l’épisode a marqué l’image du candidat de l’UMP.

2007/2012: Comme en 2007, le Parti socialiste l'emporte. François Hollande (31,40%, 28,21% en 2007) devance Nicolas Sarkozy (27,03%, 27,98% en 2007) Marine Le Pen (14,38%, 7,18% en 2007) et Jean-Luc Mélenchon (13,14%).

Retourner au sommaire

Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais)

Hénin-Beaumont est «symbolique: chômage, délocalisation, insécurité, elle regroupe les problèmes majeurs de la France» selon Marine le Pen, qui y a été conseillère municipale de 2007 à 2011 et tentera de s'y faire élire députée en juin. L'ancien maire Gérard Dalongeville a dénoncé dans un livre, Rose mafia, les malversations financières présumées du PS local.

2007/2012: Excellent score de Marine Le Pen, qui rafle 35,48% des voix, bien mieux que son père en 2007 (18,60%). Ce bond se fait au détriment de Nicolas Sarkozy, qui plonge de 24,12% à 15,76%. Les socialistes restent quant à eux au même niveau: 26,72% pour Ségolène Royal en 2007, 26,82% pour François Hollande en 2012.

Retourner au sommaire

Ingrandes (Vienne)

En redressement judiciaire, la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA) d’Ingrandes a été reprise par la société Jean Industries. Validé par le tribunal de commerce de Nanterre, le sauvetage a été annoncé par Nicolas Sarkozy en personne le 15 avril. Si 392 des 455 salariés devraient conserver leur emploi, ces derniers se disent néanmoins déçus.

En 2007: Sarkozy 25,62%, Royal 23,06%, Bayrou 17,93%, Le Pen 14,55%.

En 2012: Hollande 29,80%, Le Pen 25,93%, Sarkozy 21,53%, Mélenchon 8,79%.

Retourner au sommaire

Le Grand-Quevilly (Seine-Maritime)

Conseiller municipal de la commune haute-normande, Laurent Fabius a été chargé par François Hollande de préparer les cent premiers jours du quinquennat, et devrait décrocher un portefeuille en cas de victoire.

En 2007: Royal 36,28%, Sarkozy 21,27%, Bayrou 14,34%, Le Pen 10,81%.

En 2012: Hollande 41,04%, Le Pen 19%, Sarkozy 15,79%, Mélenchon 13,59%.

Retourner au sommaire

Leménil-Mitry (Meurthe-et-Moselle)

Le bureau-test le plus petit de France: en 2007, dans ce hameau, les huit électeurs inscrits avaient tous voté au premier comme au second tour, et Nicolas Sarkozy avait recueilli... huit voix.

2007/2012: Exit les 100% de Sarkozy en 2007, le vote s'est fractionné cette fois-ci à Leménil-Mitry: 50% pour le président sortant, 25% pour François Bayrou et 25% pour Eva Joly. A noter tout de même que l'abstention a battu des records: seules 4 personnes sur 8 ont voté...

Retourner au sommaire

Liévin (Pas-de-Calais)

Le député-maire PS de la commune, Jean-Pierre Kucheida, a été épinglé par l'ouvrage Rose mafia de Gérard Dalongeville, qui l'accuse de malversations financières. Un dossier dont Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen ont tenté de se servir contre François Hollande, premier secrétaire du PS pendant onze ans.

En 2007: Royal 33,65%, Le Pen 18,22%, Sarkozy 18,21%, Bayrou 10,36%.

En 2012: Hollande 38,25%, Le Pen 29,04%, Sarkozy 12,47%, Mélenchon 11,52%, Bayrou 3,67%.

Retourner au sommaire

Lille (Nord)

Bastion de la gauche française, la métropole nordiste est dirigée depuis 2001 par Martine Aubry, rivale de François Hollande pour l'investiture socialiste en octobre dernier. L'ancienne ministre du Travail est parfois citée pour Matignon en cas de victoire.

En 2007: Royal 32,98%, Sarkozy 26,40%, Bayrou 18,53%, Le Pen 9,13%.

En 2012: Hollande 34,98, Sarkozy 21,22%, Mélenchon 15,42%, Le Pen 13,40%.

Retourner au sommaire

Lyon (Rhône)

Longtemps bastion centriste, la troisième plus grande ville de France en nombre d'habitants est dirigée par la gauche depuis 2001, son maire PS Gérard Collomb ayant été reconduit en 2008.

En 2007: Sarkozy 34,46%, Royal 27,29%, Bayrou 22,09%, Le Pen 6,47%.

En 2012: Sarkozy 30,54%, Hollande 30,25%, Mélenchon 11,83%, Bayrou 10,66%, Le Pen 9,87%.

Retourner au sommaire

Marseille (Bouches-du-Rhône)

La deuxième plus grande ville de France a régulièrement été au coeur de la campagne électorale, accueillant notamment le premier grand meeting de Nicolas Sarkozy ou défrayant la chronique judiciaire pour les ennuis qui touchent le socialiste Jean-Noël Guérini.

En 2007: Sarkozy 34,25%, Royal 27,11%, Bayrou 14,10%, Le Pen 13,43%.

En 2012: Hollande 28,05%, Sarkozy 26,93, Le Pen 21,22%, Mélenchon 13,83%.

Retourner au sommaire

Massy (Essonne)

C’est le premier fief de Jean-Luc Mélenchon: le candidat du Front de gauche y a en effet entamé sa carrière politique comme directeur de cabinet du maire de l’époque, conseiller municipal, conseiller général et enfin sénateur. 

En 2007: Royal 35,28%, Sarkozy 25,45%, Bayrou 20,54%, Le Pen 6,85%.

En 2012: Hollande 37,73%, Sarkozy 19,89%, Mélenchon 15,06%, Le Pen 10,78%, Bayrou 10,48%.

Retourner au sommaire

Meaux (Seine-et-Marne)

En cas de défaite de Nicolas Sarkozy, le maire de la ville et secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé fait partie des mieux placés pour reprendre le flambeau à droite.

En 2007: Sarkozy 33,89%, Royal 28,07%, Bayrou 17,48%, Le Pen 9,57%.

En 2012: Hollande 33%, Sarkozy 27%, Le Pen 17,7%, Mélenchon 10,8%.

Retourner au sommaire

Montauban (Tarn-et-Garonne) et Toulouse (Haute-Garonne)

Les deux villes du Sud-Ouest ont été meurtries par l'affaire Mohamed Merah, qui a abattu le 11 et le 15 mars trois militaires des régiments de Francazal et Montauban avant de tuer le 19 mars un professeur et trois enfants devant une école juive de Toulouse. Pendant plusieurs jours, elles ont été l’épicentre médiatique français, entre les obsèques des militaires en présence de six candidats et le Raid mené contre le tireur.

En 2007: à Montauban, Sarkozy 30,22%, Royal 29,64%, Bayrou 17,50%, Le Pen 10,35%. A Toulouse, Royal 36,15%, Sarkozy 26,75%, Bayrou 19,21%, Le Pen 6,35%.

En 2012: A Montauban, Hollande 30,51%, Sarkozy 26,92%, Le Pen 18,25%, Jean-Luc Mélenchon 11,07%. A Toulouse, Hollande 34,44%, Sarkozy 23,12%, Mélenchon 15,91%, Le Pen 10,34%.

Retourner au sommaire

Montbéliard (Doubs)

Président de la communauté d'agglomération et député, Pierre Moscovici pourrait être ministre en cas de victoire de François Hollande.

En 2007: Sarkozy 30,71%, Royal 29,59%, Bayrou 14,88%, Le Pen 12,61%.

En 2012: Hollande 32,19%, Sarkozy 24,99%, Le Pen 19,25%, Mélenchon 10,45%.

Retourner au sommaire

Montret (Saône-et-Loire)

Le fief d'Arnaud Montebourg, révélation de la primaire socialiste avec ses 17%. Le député de Saône-et-Loire est promis par beaucoup à un portefeuille en cas de victoire de la gauche.

En 2007: Royal 32,37%, Sarkozy 23,50%, Bayrou 17,03%, Le Pen 13,67%.

En 2012: 38,85% Hollande, Le Pen 24,60%, Sarkozy 16,78%, Mélenchon 6,90%, Bayrou 6,67%.

Retourner au sommaire

Montreuil (Seine-Saint-Denis)

D’origine norvégienne et sans mandat local en France, Eva Joly n’a pas réellement de «fief». Elle pourrait cependant faire un bon score à Montreuil (Seine-Saint-Denis) puisque sa porte-parole, Dominique Voynet, est maire depuis 2008 de la plus grande commune de France dirigée par les écologistes.

En 2007: Royal 41,16%, Sarkozy 19,53%, Bayrou 16,13%, Le Pen 7,10%, Voynet 2,04%.

En 2012: Hollande 40,18%, Mélenchon 24,09%, Sarkozy 13,52%, Le Pen 9,34%, Bayrou 5,64%, Joly 4,41%.

Retourner au sommaire

Nantes (Loire-Atlantique)

Maire de la ville depuis 1989, facilement réélu depuis à trois reprises, le chef de file des députés PS Jean-Marc Ayrault fait partie des Premier-ministrables possibles.

En 2007: Royal 34,80%, Sarkozy 27,69%, Bayrou 20,88%, Le Pen 4,77%.

En 2012: Hollande 37,16%, Sarkozy 25,33%, Mélenchon 12,38%, Bayrou 10,92%, Le Pen 7,78%.

Retourner au sommaire

Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine)

Nicolas Sarkozy a été maire de Neuilly-sur-Seine de 1983 à 2002. C’est également dans cette ville qu’il s’est illustré lors de la prise d’otage de «Human bomb», un événement largement utilisé pour sa communication lors de la campagne de 2007.

En 2007: Sarkozy 72,62%, Bayrou 13,05%, Royal 7,53%, Le Pen 3,82%.

En 2012: Sarkozy 72,64%, Hollande 10,17%, Bayrou 7,45%, Le Pen 5,00%.

Retourner au sommaire

Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique)

Combattu par les écologistes, le projet de nouvel aéroport sur cette commune de 2.000 habitants est en revanche soutenu par Nicolas Sarkozy et vu plutôt favorablement par François Hollande.

En 2007: Royal 29,77%, Sarkozy 28,01%, Bayrou 20,82%, Le Pen 6,56%, Voynet 1,90%.

En 2012: Sarkozy 22,20%, Hollande 20,90%, Le Pen 15,90%, Mélenchon 15,09%.

Retourner au sommaire

Paris

Conquise par la gauche en 2001, conservée par celle-ci en 2008, la capitale devrait donner lieu à de féroces batailles entre les différents partis aux législatives, et aux municipales si François Fillon y tente de confirmer son implantation.

En 2007: Sarkozy 35,07%, Royal 31,75%, Bayrou 20,73%, Le Pen 4,58%.

En 2012: Hollande 34,83%, Sarkozy 32,19%, Mélenchon 11,09%, Bayrou 9,34%.

Retourner au sommaire

Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, a été conseiller municipal de la ville et est conseiller régional du Languedoc-Roussillon depuis 2010.

En 2007: Sarkozy 33,84%, Royal 25,65%, Bayrou 14,99%, Le Pen 14,06%.

En 2012: Hollande 28,03%, Sarkozy 26,51%, Le Pen 22,46%, Mélenchon 11,52%.

Retourner au sommaire

Petit-Couronne (Seine-Maritime)

Parce que l’usine Pétroplus de la commune, la plus vieille raffinerie de France, était menacée de fermeture définitive, presque tous les candidats à la présidentielle ont défilé sur les lieux pour témoigner leur soutien aux 550 ouvriers. Fin février, Nicolas Sarkozy annonçait qu’un accord avait été conclu avec Shell pour faire redémarrer temporairement le site. L’usine est le symbole des difficultés éprouvées par le secteur du raffinage en France.

2007/2012: François Hollande fait mieux encore que Ségolène Royal en 2007 (36,03% contre 33,58%). Marine Le Pen prend la seconde place avec 19,69% (11,03% en 2007), Jean-Luc Mélenchon 17,68% et Nicolas Sarkozy quatrième avec 15,61% (20,40% en 2007).

Retourner au sommaire

Rungis (Val-de-Marne)

La ville du Val-de-Marne est le symbole de «la France qui se lève tôt» depuis février 2007. Alors candidat pour l’UMP, Nicolas Sarkozy s’était rendu au marché international pour saluer les travailleurs et affirmer sa volonté de «libérer le travail». Il y est retourné en compagnie de son épouse le 21 février dernier.

En 2007: Sarkozy 34,71%, Royal 25,42%, Bayrou 23,29%, Le Pen 5,99%.

En 2012: Sarkozy 31,67%, Hollande 28,27%, Le Pen 12,43%, Bayrou 10,85%, Mélenchon 10,70%.

Retourner au sommaire

Saint-Alban Leysse (Savoie)

La commune a été le théâtre d'un des derniers faits divers de la campagne, avec la mort le 11 avril lors d'une intervention sur un cambriolage d'un policier de la BAC, qui a fait réagir les candidats.

En 2007: Sarkozy 33,37%, Royal 22,98%, Bayrou 21,55%, Le Pen 10,13%.

En 2012: Sarkozy 27,45%, Hollande 26,01%,  Le Pen 17,89%, Mélenchon 10,92%, Bayrou 10,67%.

Retourner au sommaire

Sarcelles (Val-d'Oise)

Parce qu’il en a été maire de 1995 à 1997, Sarcelles est le fief historique de Dominique Strauss-Kahn. L’ancien patron du FMI a depuis longtemps cédé sa place à son dauphin François Pupponi mais sa notoriété demeure forte dans cette ville du Val d’Oise, malgré ses déboires judiciaires.

En 2007: Royal 37,35%, Sarkozy 33,98%, Bayrou 12,95%, Le Pen 6,90%.

En 2012: Hollande 43,95%, Sarkozy 26,79%, Mélenchon 11,41%, Le Pen 10,03%.

Retourner au sommaire

Sarran (Corrèze)

Hôte du musée Jacques-Chirac, la commune ne verra pas l'ancien président de la République venir voter dimanche: le prédécesseur de Nicolas Sarkozy a donné procuration à son épouse Bernadette, alors que des rumeurs persistantes font état d'un vote François Hollande de sa part.

2007/2012: Difficile de dire si c'est le vote socialiste de l'ancien président qui a pu joué, mais cette fois-ci ce sont les socialistes qui l'emportent. François Hollande fait 33,49% (16,97% en 2007), Nicolas Sarkozy 29,72% (42,66% en 2007) et Marine Le Pen 11,32% (7,34% en 2007).

Retourner au sommaire

Solesmes (Sarthe)

Si seule son épouse Pénélope viendra y voter dimanche, lui étant inscrit à Paris dans la perspective des législatives, la commune reste pour l'instant le fief du Premier ministre François Fillon.

2007/2012: Nicolas Sarkozy améliore légèrement son score par rapport à 2007, passant de 44,92% à 47,57%. François Hollande se positionne deuxième avec 18,36%, 4 points de plus que Ségolène Royal en 2007 (14,26%). François Bayrou chute de 18,77% à 11,87%, Marine Le Pen obtient 11,97% des voix.

Retourner au sommaire

Le Petit-Bornand-les-Glières et Thorens-Glières (Haute-Savoie)

Le plateau des Glières est un lieu symbolique de la Résistance, et c’est là-bas que Nicolas Sarkozy avait fait son dernier déplacement en tant que candidat, en 2007. Il a depuis fait de l’endroit son lieu de pélerinage, s’y rendant cinq fois au cours de son mandat, au grand dam de certains résistants.

En 2007: au Petit-Bornand-les-Glières, Sarkozy 37,14%, Bayrou 17,05%, Royal 15,61% et Le Pen 14,31%. A Thorens-Glières, Sarkozy 29,44%, Bayrou 24,25%, Royal 20,67%, Le Pen 8,32%.

En 2012: au Petit-Bornand-les-Glières, Sarkozy 35,58%, Le Pen 21,95%, Hollande 13,34% et Mélenchon 9,47%. A Thorens-Glières, Sarkozy 26,87%, Hollande 21,52%, Le Pen 15,90%, Bayrou 12,79% et Mélenchon 12,74%.

Retourner au sommaire

Toulon (Var)

A Grenoble la sécurité, à Toulon la crise économique. Nicolas Sarkozy a prononcé deux discours dans la préfecture du Var. Le premier le 25 septembre 2008, au cours duquel il a fustigé les «dérives» du système financier, le deuxième le 1er décembre 2011. Entre les deux, le président s’est résolu à appliquer la politique d’austérité qu’il refusait au départ.

En 2007: Sarkozy 38,24%, Royal 20,88%, Bayrou 15,63%, Le Pen 13,53%.

En 2012: Sarkozy 32,21%, Le Pen 23,37%, Hollande 22,98%, Mélenchon 9,49%.

Retourner au sommaire

Tulle (Corrèze)

François Hollande a été maire de la commune de 2001 à 2008 après avoir été adjoint au maire de 1989 à 1995. C'est là qu'il votera et apprendra les résultats dimanche.

2007/2012: sans surprise, c'est François Hollande qui l'emporte haut la main, améliorant le score de Ségolène Royal de près de 17 points (56,40%). Nicolas Sarkozy est loin derrière à 15,68% (24,46% en 2007). Jean-Luc Mélenchon obtient 9,38% des voix, Marine Le Pen 9,13% (5,29% en 2007). 

Retourner au sommaire

Valenciennes (Nord)

Député de la commune, le président du Parti radical Jean-Louis Borloo a apporté son soutien à Nicolas Sarkozy après avoir songé à se présenter lui-même.

En 2007: Sarkozy 34,72%, Royal 21,19%, Bayrou 18,36%, Le Pen 11,57%.

En 2012: Sarkozy 30,28%, Hollande 25,07%, Le Pen 18,69%, Mélenchon 12,07%, Bayrou 8,68%.

Retourner au sommaire

Vaulx-en-Velin (Rhône)

Lieu de violentes émeutes en 1990 après le décès d’un jeune homme lors d’un contrôle de police, la commune compte parmi les membres de son conseil municipal la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud.

En 2007: Royal 39,45%, Sarkozy 21,04%, Bayrou 16,15%, Le Pen 9,26%, Laguiller 1,40%.

En 2012: Hollande 43,93%, Mélenchon 18,82%, Sarkozy 14,42%, Le Pen 13,83%, Arthaud 0,79%.

Retourner au sommaire

Yerres (Essonne)

Nicolas Dupont-Aignan est maire de cette commune depuis 1995, et député de la circonscription, sur laquelle il se représente en juin.

En 2007: Sarkozy 31,53%, Royal 24,68%, Bayrou 22,84%, Le Pen 8,62%.

En 2012: Dupont-Aignan 24,88%, Hollande 24,48%, Sarkozy 19,53%, Le Pen 11,61%.

Retourner au sommaire

Yssingeaux (Haute-Loire)

La commune, située sur la circonscription du ministre de l'Enseignement supérieur Laurent Wauquiez, abrite l'usine de lingerie Lejaby, dont les 93 ouvrières ont pu conserver leur emploi grâce à une reconversion dans la maroquinerie, l'entreprise ayant été reprise par un sous-traitant de LVMH le 1er février. Nicolas Sarkozy veut voir dans cette opération un symbole de son volontarisme économique pour sauver les produits «Made in France».

En 2007: Sarkozy 30,86%, Bayrou 23,83%, Royal 19,76%, Le Pen 11,80%.

En 2012: Sarkozy 27,19%, Hollande 24,28%, Le Pen 19,73%, Bayrou 12,88%.

Retourner au sommaire

Olivier Clairouin et Jean-Marie Pottier

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte