France / Politique

2007 dans le rétro, épisode 100: les qualifiés du second tour convoitent Bayrou

Temps de lecture : 2 min

Ségolène Royal en meeting à Valence, avril 2007. REUTERS/Robert Pratta
Ségolène Royal en meeting à Valence, avril 2007. REUTERS/Robert Pratta

23 avril 2007. DAVID PUJADAS L'ANNONCE en ouverture de son journal de 20h: il n'y aura «pas de temps mort» pour les deux candidats qualifiés pour le second tour de la présidentielle.

Ségolène Royal, qui passait l'après-midi dans la Drôme à l'occasion d'un meeting valentinois s'exprime devant des journalistes quelques minutes avant de monter sur scène: elle souhaite proposer aux centristes de François Bayrou de participer à un débat public, sur des thèmes comme la modernisation de la vie publique. «Une main tendue», selon Jean-Louis Bianco, co-directeur de campagne.

Car c'est bien François Bayrou qui arbitrera le second tour si l'on en croit ses scores au premier: il a obtenu 18,5% des voix et réunissant autour de lui 6,8 millions d'électeurs.

Nicolas Sarkozy, en déplacement à Dijon, exprime par ailleurs sa volonté de créer une majorité multipolaire avec des pôles «majoritaire, centriste, et de gauche». Mais François Bayrou aime se faire attendre: il dit qu'il ne s'exprimera que dans deux jours. Finalement, il ne donnera aucune consigne de vote.

En attendant, Nicolas Sarkozy savoure ses scores et rend visite au futur ex-locataire de l'Elysée, Jacques Chirac, qui l'aurait «chaleureusement félicité», lui assurant au même moment son soutien pour le second tour.

Depuis 2007, les relations entre les deux hommes semblent s'être quelque peu dégradées puisque l'ancien président a fait valoir à plusieurs reprises un probable vote socialiste.

Newsletters

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters