PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

François Hollande veut des électeurs qui votent dès le premier soir

Cécile Dehesdin, mis à jour le 17.04.2012 à 17 h 08

François Hollande le 6 avril 2012. REUTERS/Laurent Cipriani/Pool

François Hollande le 6 avril 2012. REUTERS/Laurent Cipriani/Pool

FRANÇOIS HOLLANDE AIME LES ÉLECTEURS ET LES ÉLECTRICES »FACILES», pas des prudes qui ne voteraient pour lui qu'au second tour. C'est ce que le candidat socialiste à la présidentielle a lâché aux journalistes présents lors de son déplacement à Carnaux ce lundi 16 avril.

Bien sûr, le tout était dit dans un contexte beaucoup plus sérieux: François Hollande comparait 2012 à 1981, avec «un candidat sortant jugé sur son propre bilan et jouant avec les peurs» (que la France devienne l'Espagne aujourd'hui, la Pologne de l'Occident en 1981).

Mais Le Monde note aussi que les deux élections se ressemblent parce que le candidat socialiste a un concurrent puissant à sa gauche. Son message, c'est que la «seule chance de la droite, c'est la division de la gauche».

Alors Hollande fait tout pour (r)amener vers lui des électeurs qui pourraient être tentés de voter Jean-Luc Mélenchon au premier tour, acceptant de voter Hollande, «mais seulement au second tour».

Un raisonnement qui lui fait penser à «ces gens qui ont leur quant à soi et qui vous disent: non, pas tout de suite, pas le premier soir».

Bref, ceux qui veulent bien voter Hollande, mais juste au second tour, lui rappellent ceux qui ne veulent pas coucher le premier soir. Contre ces prudes qui pourraient lui barrer l'accession au second tour, le candidat socialiste n'a plus qu'à espérer une libération sexuelle électorale.

C.D.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte