France / Politique

Nicolas Sarkozy: si la gauche l'emporte, «elle aura tous les pouvoirs»

Temps de lecture : 2 min

Nicolas Sarkozy sur le plateau de Des Paroles et des Actes jeudi 12 avril, REUTERS
Nicolas Sarkozy sur le plateau de Des Paroles et des Actes jeudi 12 avril, REUTERS

NICOLAS SARKOZY ET FRANÇOIS HOLLANDE N'EN FINISSENT PLUS de se renvoyer la balle sur qui a/veut cumuler le plus de pouvoirs.

Cette fois-ci, le candidat-président change de tactique: dans un long entretien, L'Express l'interroge entre autres sur un désir d'alternance qui peut venir du peuple après dix ans de droite au pouvoir. Nicolas Sarkozy répond alors:

«Bien sûr, mais je m'inscris dans un paysage politique où la quasi-totalité des régions sont à gauche, où le Sénat est à gauche, où la majorité des médias est à gauche. Si la gauche remporte la présidentielle, elle aura tous les pouvoirs: médiatique, syndical, politique... Cela ne sera ni sain ni équilibré pour la République.»

La gauche est donc attaquée sur le fait qu'en cas de victoire, elle détiendrait tous les pouvoirs. A peine quelques semaines plus tôt, c'était pourtant le chef de l'Etat qui était accusé par François Hollande de «tout confondre»:

«Là encore, le candidat sortant a tout confondu: chef d'Etat, chef de majorité, chef de parti. Ce n'est pas mon intention.»

Nicolas Sarkozy avait répliqué que François Hollande «n'a pas l'intention d'être chef du tout. Je le crois», ajoutant:

«Quand on est chef de l'Etat, il faut assumer ses responsabilités, prendre des engagements et être capable de décider. Si François Hollande n'a pas l'intention d'être chef de majorité, chef de parti, chef d'Etat, c'est assez crédible.»

Ce à quoi François Hollande avait répondu que Nicolas Sarkozy avait tout confondu:

«Chef de l’Etat, de la majorité, chef de parti et même chef d’entreprise. Mais il faut savoir de quoi on veut s’occuper. On ne peut pas être le chef de tout et responsable de rien

C. D.

Newsletters

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters