PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Florence Cassez: la droite s'insurge contre le PS

Slate.fr, mis à jour le 14.04.2012 à 15 h 28

François Hollande au côté de Michel Vauzelle à Marseille, le 14 mars 2012 REUTERS/Jean-Paul Pelissier

François Hollande au côté de Michel Vauzelle à Marseille, le 14 mars 2012 REUTERS/Jean-Paul Pelissier

L'ex-ministre socialiste Michel Vauzelle doit se rendre au Mexique comme émissaire de François Hollande.

L’équipe du candidat socialiste a affirmé que ce déplacement s'inscrivait «dans le seul cadre» de la préparation d'un sommet du G20. Quelques heures plutôt, il s’agissait au contraire notamment de se rendre dans ce pays d’Amérique latine pour «réparer le climat» créé par l'affaire Florence Cassez, Française de 37 ans qui a été condamnée à soixante ans de prison au Mexique pour des enlèvements. 

«Il semblerait qu'il y ait un rétropédalage de l'équipe Hollande. Dans ce cas, dont acte, tant mieux», a déclaré l'avocat de Florence Cassez. 

Mais la polémique avait quand même eu le temps de s’enclencher en quelques heures samedi. La famille de la détenue est furieuse. «Je suis en colère» a déclaré la mère Charlotte Cassez, pour qui, «le 21 mars, il y a eu une décision au Mexique extrêmement importante, qui a ouvert une brèche. La France n'a pas à s'en mêler».

Surtout, la droite  s’est faite entendre dans divers communiqués et allocutions. L'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy  a dénoncé l'«opportunisme électoral» du candidat socialiste à une semaine du premier tour. Sarkozy s’est lui-même fendu d’une déclaration:

«J'espère que l'initiative des socialistes ne portera pas préjudice à Florence, que j'ai au téléphone très régulièrement et qui mérite mieux que d'être utilisée d'une façon aussi basse».

Il a aussi souligné un manque «d'humanité» du camp de son adversaire. 

Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé, s'est dit «scandalisé» par ce voyage et a fustigé «une instrumentalisation politique et électorale» de la situation de Florence Cassez. Un communiqué de la porte-parole du candidat de l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a soutenu que ce voyage était entrepris «dans l'unique objectif de critiquer les initiatives du président de la République pour obtenir la libération de Florence Cassez. [François Hollande] prouve aussi sa capacité à fouler au pied le combat d'une famille et le respect de nos valeurs par pur opportunisme électoral». 

A une semaine du premier tour de l’élection, François Hollande et Nicolas Sarkozy sont dans l’ultime ligne droite. Ce dimanche, chacun tiendra son dernier grand meeting. A partir de 14 heures, le candidat socialiste sera sur l'esplanade du Château de Vincennes, deux heures plus tard, place de la Concorde, où il avait célébré sa victoire en 2007, le candidat de l’UMP prendra la parole. 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte