PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Pourquoi la diffusion anticipée d'estimations peut difficilement changer les résultats

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 12.04.2012 à 18 h 44

29/365 Clock face 7:51 at the Alano Club. @bastique via Flickr CC License by.

29/365 Clock face 7:51 at the Alano Club. @bastique via Flickr CC License by.

LA DIFFUSION ANTICIPÉE DE RÉSULTATS AVANT 20 HEURES LE SOIR DU PREMIER TOUR POURRAIT-ELLE CHANGER LES RÉSULTATS? Dans une note, Bruno Jeanbart, directeur des études politiques de l’institut OpinionWay, estime que cette éventualité largement évoquée par certains médias ces derniers jours constitue une «fausse crainte».

Il base ses calculs sur les faits que des estimations vraiment fiables (fondées sur les remontées des premiers bulletins dépouillées dans des «bureaux-tests») ne seront disponibles qu’à partir de 19 heures. Or, le nombre d’électeurs qui votent à partir de cette heure-là est faible: comme nous le montrions dans un article publié fin février, 4,8 millions d’électeurs ont voté entre 17 et 20 heures en métropole le 22 avril 2007 et 5,6 millions le 21 avril 2002.

A ce moment-là de la journée, le «rythme» de la participation a déjà nettement baissé: en 2007, on comptait donc 1,6 million de votants par heure sur les trois dernières heures, contre 3,5 million par heure sur les neuf premières heures d’ouverture des bureaux de vote. Bruno Jeanbart estime que, vu qu’un certains nombre de bureaux de vote ferment à 19 h, le nombre d’électeurs lors de la dernière heure est plus faible que cette moyenne: il l’évalue entre 800.000 et 1,4 million.

Il faudrait donc que l’écart entre les deux candidats qui se disputent le second tour soit infime pour que des fuites aient un impact: en 2002, moins de 200.000 voix au final séparaient Lionel Jospin de Jean-Marie Le Pen, mais, sur une base de 800.000 à 1.4 million d’électeurs, 200.000 voix représentent 15 à 25%. Ce qui veut dire en clair, selon nos calculs, que, sur cette base, Lionel Jospin aurait dû devancer Jean-Marie Le Pen de 15 à 25 points sur la dernière heure pour renverser le résultat…

Et ce alors que, selon Bruno Jeanbart, «le vote stratégique est un comportement électoral qui existe, mais parmi des catégories d’électeurs bien plus politisés que la moyenne. Et ceux là, cela fera bien longtemps qu’ils se seront déplacés pour voter, il sera trop tard pour eux» quand ils apprendront les premières estimations.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte