PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Un tiers des promesses de Sarkozy figuraient déjà dans son programme de 2007

Vincent Glad, mis à jour le 11.04.2012 à 14 h 17

Nicolas Sarkozy pendant la conférence de presse organisée pour la sortie de son livre-programme, le 2 avril 2007. REUTERS/Philippe Wojazer.

Nicolas Sarkozy pendant la conférence de presse organisée pour la sortie de son livre-programme, le 2 avril 2007. REUTERS/Philippe Wojazer.

APRÈS UN MOIS ET DEMI DE CAMPAGNE, Nicolas Sarkozy a enfin publié son programme le 5 avril: 32 propositions qu'il avait pour l'essentiel déjà éventées lors de ses meetings ou dans des émissions télé. Un programme qui est un peu passé au second plan, le candidat préférant mettre l'accent sur sa «Lettre aux Français», qui s'attache à définir ses valeurs plus que son projet.

Alors, ce programme? «Sa besace est vide», estime l'éditorialiste du Monde Françoise Fressoz. Avec 32 propositions, il est loin derrière les 60 «engagements» de François Hollande ou les près de 150 points du programme de François Bayrou [PDF].

D'autant que dans cette courte liste de «propositions pour une France forte», dix étaient déjà présentes dans le programme de Nicolas Sarkozy de 2007 [PDF] ou dans L'Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy, un site de l'UMP qui recensait les propositions du candidat. Soit presque un tiers du programme de 2012 qui date de 2007 (1).

Proposition 2: Réduire le nombre de parlementaires et réserver un certain nombre de sièges à la proportionnelle aux élections législatives, pour que tous les grands courants de notre vie politique soient représentés au parlement.

Dans l'Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy de 2007, la proportionnelle y figurait déjà:

«Je m'engage, si je suis élu président de la République, à réunir toutes les forces politiques de la nation et à discuter avec elles de la possibilité d'introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l'Assemblée nationale sans créer le risque d'une instabilité qui serait désastreuse.»

Proposition 4: Alléger les charges patronales qui pèsent sur le travail de 14 millions de salariés, notamment dans l’industrie et l’agriculture.

Dans l'Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy de 2007, il était fait mention de la TVA sociale qu'on retrouve dans le programme de 2012 avec ce concept d'«allègement des charges patronales»:

«Après y avoir beaucoup réfléchi et avoir étudié l’expérience du Danemark et celle plus récente de l’Allemagne, je suis convaincu qu’il faut expérimenter le transfert d’une partie des cotisations sociales sur la TVA.»

Proposition 7: rendre obligatoire pour les bénéficiaires du RSA l'accomplissement de 7 heures d’activité d’intérêt général par semaine.

Dans le projet de 2007:

«Je ferai en sorte que [...] les titulaires d’un minimum social aient une activité d’intérêt général, afin d’inciter chacun à prendre un emploi plutôt qu’à vivre de l’assistanat.»

Proposition 8: instaurer un droit à la formation pour tous les chômeurs et l’obligation pour eux d’accepter un emploi qui correspondra à la qualification qu’ils auront acquise.

Dans le projet de 2007:

«Pour garantir l’égalité des chances et permettre à chacun de s’adapter aux évolutions de l’économie, nous créerons un compte individuel d’épargne de formation.»

Proposition 12: exiger la réciprocité dans les échanges commerciaux entre l’Europe et le reste du monde. Si les négociations n’ont pas abouti d’ici un an, la France réservera ses marchés publics aux seules entreprises européennes, jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé.

Dans l'Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy de 2007:

«La réciprocité doit redevenir la règle dans les rapports entre l'Union européenne et les autres régions du monde. Je ne vois pas d'objection à ce que la SNCF attribue des marchés à des entreprises canadiennes dès lors que les entreprises françaises peuvent avoir accès aux mêmes marchés dans les métropoles canadiennes. Aujourd'hui, je constate que ce n'est pas le cas. En l’absence de réciprocité, je souhaite que l’Union européenne réactive l’idée fondamentale de la préférence communautaire, qui était à la base du marché commun. Je propose qu’aussi longtemps que nous n’obtiendrons pas des conditions loyales pour la concurrence internationale, les achats publics européens soient réservés en priorité aux producteurs européens.»

Proposition 13: réserver une partie des commandes publiques aux PME européennes, comme le font les Etats-Unis pour leurs propres PME.

Toujours dans L'Abécédaire des propositions de Nicolas Sarkozy:

«Je propose que l’Etat conduise une véritable politique de la commande publique au profit des PME comme le font les Américains.»

Proposition 23: conditionner le regroupement familial à la connaissance préalable de la langue française et des valeurs de la République.

 Dans le projet de 2007, une proposition très ressemblante:

«Je demanderai à ceux qui veulent venir s’installer en France de faire l’effort d’apprendre le français avant.»

Proposition 28: réformer en profondeur la justice des mineurs pour endiguer la montée de la délinquance des moins de 18 ans.

Dans le projet de 2007:  

«Le droit pénal des mineurs sera réformé.»

Proposition 27: engager la réforme de la dépendance à partir de 2013, année où le déficit passera sous la barre des 3% du PIB.

 Dans le projet de 2007:

«Je créerai une cinquième branche de la protection sociale pour consacrer suffisamment de moyens à la perte d’autonomie et garantir à tous les Français qu’ils pourront rester à domicile s’ils le souhaitent.»

Proposition 29: renforcer l’accueil des étudiants handicapés au lycée et dans les universités.

Dans le projet de 2007:

«Je veux absolument que nos enfants soient scolarisés dans les mêmes écoles que les enfants handicapés. [...]. Leur insertion dans le monde du travail sera pour moi une priorité et je leur ouvrirai les portes de l’enseignement supérieur.»

Proposition 32: confirmer le choix du nucléaire, énergie qui émet le moins de gaz à effet de serre, pour ne pas augmenter le prix de la facture d’électricité, tout en poursuivant le développement des énergies renouvelables.

Dans le projet de 2007:

«Nous augmenterons la part des énergies renouvelables, isolerons les bâtiments anciens, mais nous renouvellerons aussi le parc nucléaire. [...] Ceux qui vous disent qu’ils vont renoncer au nucléaire vous font, au mieux, de fausses promesses, au pire mettent gravement en danger notre indépendance.»

Vincent Glad

(1) Une première version de cet article faisait état d'un quart des promesses. Il s'agit en fait d'un tiers, deux propositions ayant été oubliées. Toutes nos excuses aux lecteurs. Retourner à l'article

Vincent Glad
Vincent Glad (156 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte