PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

«Taxe Hollande»: certains chanteurs déchantent

Slate.fr, mis à jour le 07.04.2012 à 16 h 33

Françoise Hardy, en 2005. REUTERS/Charles Platiau.

Françoise Hardy, en 2005. REUTERS/Charles Platiau.

«HOLLANDE VA-T-IL METTRE FRANÇOISE HARDY A LA RUE?». Sous ce titre provocateur, Le Point explique que «l'arrivée de François Hollande au pouvoir inquiète sérieusement la chanteuse française», qui, dans une interview —non disponible en ligne— à Paris Match, «redoute de ne plus pouvoir faire face à l'alourdissement fiscal prévu par les socialistes sur les hauts patrimoines»:

«Je crois que la plupart des gens ne se rendent pas compte du drame que l'ISF cause aux gens de ma catégorie. Je suis forcée, à pas loin de 70 ans et malade, de vendre mon appartement et de déménager. […] Je paie 40.000 euros d'ISF par an. Si Hollande le multiplie par trois, qu'est-ce que je fais? Je suis à la rue.»

Interviewé sur RTL jeudi, Patrick Bruel s’est lui aussi élevé contre la proposition du candidat socialiste de porter à 75% le taux marginal d'imposition sur le revenu au-dessus d'un million d'euros de revenus par an:

«Je suis très content de participer à une solidarité, très content de reverser une grande partie de ce que je gagne. Là, ça atteint des proportions où ça devient limite confiscatoire et spoliateur.»

Dans Le Parisien, Eddy Mitchell avait lui fait part fin mars de son avis sur la campagne électorale, sans citer nommément la «taxe Hollande»:

«Tout le monde déglingue l’autre, mais où sont les programmes? A part taper sur les riches… mais ça, c’est de la démagogie facile. Et c’est pas nouveau.»

Soutien revendiqué de François Hollande, l’ancien tennisman Yannick Noah avait lui jugé mi-mars sur RMC Sport que ce projet était «très bien»:

«C’est le moment. Il faut aider, je pense, ceux qui sont en bas. Il y en a qui ont beaucoup, d’autres beaucoup trop. Moi, j’aimerais toujours en avoir beaucoup plus. Mais à un moment donné, il y a trop d’inégalités. C’est tout à fait juste.»

Attaqué sur ses impôts par la droite et l’extrême droite, le vainqueur de Roland-Garros 1983 a par ailleurs expliqué jeudi sur RTL qu’il poursuivrait en justice tous ceux qui le traiteraient d’«exilé fiscal».  

Si Nicolas Sarkozy dispose du soutien de musiciens comme Johnny Hallyday, Didier Barbelivien ou Enrico Macias, d’autres chanteurs s’engagent encore plus à gauche que chez François Hollande: Georges Moustaki a ainsi affirmé, dans une tribune au Huffington Post, qu'il trouvait «attendrissant» Philippe Poutou, «dont les arguments [l’]interpellent». Bernard Lavilliers a lui annoncé vendredi au Parisien qu’il voterait Jean-Luc Mélenchon.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte