PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

FN, immigration, finance, Espagne: les échanges violents continuent entre Sarkozy et Hollande

Slate.fr, mis à jour le 07.04.2012 à 15 h 15

LES ÉCHANGES VIOLENTS CONTINUENT ENTRE NICOLAS SARKOZY ET FRANÇOIS HOLLANDE. En déplacement à Saint-Raphaël (Var), samedi 7 avril, le président-candidat a attaqué, d’après l’AFP, son adversaire sur deux sujets.

«Le vote pour le FN dans quinze jours au premier tour servira M. Hollande comme il y a vingt ans le vote pour le Front national servait François Mitterrand», a-t-il d’abord dénoncé, traitant la gauche de «Tartuffe» sur ces sujets. Il s’en est ensuite pris aux «leçons de morale données par ceux qui mettent leurs enfants dans des écoles protégées» ou, «sur la question de l'immigration, par ceux qui habitent boulevard Saint-Germain», ou encore, «sur l'argent, d'une gauche caviar qui adore dire "Je suis l'ennemie de la finance", mais qui aime la fréquentation et la conversation de clubs huppés».

En déplacement à Trappes (Yvelines), François Hollande a lui reproché au candidat UMP la comparaison effectuée jeudi entre une éventuelle gestion de la France par la gauche et la situation de l’Espagne:

«Bel exemple de solidarité européenne qu'a donné une nouvelle fois le candidat sortant! Je ne vais pas me mêler des affaires entre la France et l'Espagne, mais enfin c'est une mauvaise manière! Ca ne se fait pas quand on est chef de l'Etat.»

De passage un peu plus tard aux Ulis (Essonne), le candidat PS a, sur une note un peu plus légère, expliqué à la presse que s’il avait moins recours à l’humour que d’habitude dans cette campagne électorale, «c'est par charité pour le candidat sortant!».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte