PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

2007 dans le rétro, épisode 86: c'est parti pour la campagne officielle

Grégoire Fleurot, mis à jour le 09.04.2012 à 16 h 07

Affichage officiel à Saint Laurent du Var le 10 avril 2007, REUTERS/Eric Gaillard

Affichage officiel à Saint Laurent du Var le 10 avril 2007, REUTERS/Eric Gaillard

9 avril 2007 - L'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE ENTRE DANS SA DERNIÈRE PHASE avec le début de la campagne officielle à minuit. Les près d’un million d’affiches officielles sont placardées sur les panneaux électoraux, devant les 85.000 bureaux de vote de France.

Pour la première fois, l’affichage a été confié à une entreprise privée, Clear Channel, et non pas aux militants, avec un cahier des charges très précis: l’ordre des 12 candidats sur les panneaux a fait l’objet d’un tirage au sort. Clear Channel évalue à plusieurs tonnes la quantité de colle qu’elle va étaler sur les panneaux de tout le territoire, pour un collage qui devrait prendre en tout 10 jours.

C’est aussi le début de la campagne officielle à la radio et à la télévision, et les Français découvrent les spots de campagne des candidats. Chacun dispose de 45 minutes d’antenne, de trois formats de clips différents qui sont diffusés sur les chaînes de France Télévision (France 2, France 3, France 4, France 5), RFO, France Inter et RFI.

Ambiance de pompes funèbres pour Frédéric Nihous, voitures qui brûlent sur fond rouge pour Marie-George Buffet, chaque clip raconte une histoire différente. Certains font même dans l’humour, comme Olivier Besancenot («C'est connu, le facteur sonne toujours deux fois») ou Jean-Marie Le Pen («monsieur Baillerou», qui «court derrière madame Royal qui a ramassé le drapeau tricolore pour courir derrière monsieur Sarkozy, qui court derrière moi!»).

Si toutes les chaînes de télévision et de radio étaient jusqu’ici tenues d’appliquer l'égalité du temps de parole des candidats, l’entrée en campagne officielle durcit encore les obligations des diffuseurs: ils doivent désormais respecter l'égalité de temps d'antenne, soit «l'ensemble des éléments éditoriaux consacrés à un candidat et à ses soutiens», explique le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte