PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Les premiers passages télé des dix candidats

Sébastien Tronche, mis à jour le 07.04.2012 à 14 h 29

Alors que la diffusion des clips de campagne officielle commence lundi, retour sur les premiers pas télévisés des prétendants à l'Elysée.

Photo: Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Eva Joly (Ina).

Photo: Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Eva Joly (Ina).

IL Y A UNE PREMIERE A TOUT. Alors que les dix candidats à la présidentielle vont défiler sur les écrans à partir du lundi 9 avril avec leurs clips de campagne officielle, Slate.fr a retrouvé dans les archives de l’Ina leur dépucelage cathodique, plus ou moins lointain. Petite rétro par ordre chronologique.

Nicolas Sarkozy (1975)

Nicolas Sarkozy a vingt ans, les cheveux longs et est étudiant à Nanterre. Jeune militant en politique, il s’explique, lors de cette première apparition cathodique, sur son adhésion précoce au parti gaulliste: «J’ai pas connu 1968 mais pourtant je suis à l’UDR.»

François Hollande (1981)

Juin 1981, la campagne législative bat son plein après l’accession à l’Elysée de François Mitterrand. En Corrèze, Jacques Delors est venu soutenir François Hollande, un jeune auditeur à la Cour des comptes parachuté face au député sortant éliminé au premier tour de la présidentielle de 1981, Jacques Chirac.

François Bayrou (1985)

Au cours d’un débat autour du thème «Une formation pour demain», un jeune conseiller régional des Pyrénées-Atlantiques, dont le nom est écorché par le présentateur, fait, selon l’Ina, sa première apparition télévisée répertoriée. François Bayrou, qui sera ministre de l’Education nationale de Jacques Chirac, y explique que «la priorité des priorités est l’information à la formation».

Marine Le Pen (1985)

La première apparition de Marine Le Pen à la télévision est furtive. En 1985, invité de l’émission L’Heure de vérité, Jean-Marie Le Pen est accompagné dans le public de deux de ses filles. Aux premières loges, assise non loin d’Alain Duhamel, Marine assiste à l’interview de son père.

Jean-Luc Mélenchon (1987)

Elu plus jeune sénateur du Palais du Luxembourg sous l’étiquette PS en 1986, Jean-Luc Mélenchon en appelle à une nouvelle candidature de son mentor François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1988, alors que Jean-Pierre Chevènement et Michel Rocard se sont portés candidats à l’investiture socialiste.

Eva Joly (1991)

Eva Joly passe pour la première fois sur le petit écran non pas comme femme politique ni comme juge, mais en tant que membre du Comité interministériel du redéploiement industriel. Elle expose les mesures proposées aux licenciés de Sud Marine, mise en liquidation par le tribunal de commerce de Marseille.

Nicolas Dupont-Aignan (1994)

Auparavant directeur de cabinet de François Bayrou au ministère de l’Education nationale (1993-1994), Nicolas Dupont-Aignan entre ensuite au ministère de l’Environnement en tant que conseiller technique de Michel Barnier. C’est au nom de ce ministère qu’il a droit à son premier plateau télé en 1994 pour faire un point sur les aides du gouvernement à la création d'emplois dans les collectivités territoriales.

Jacques Cheminade (1995)

C’est le candidat surprise de la présidentielle de 1995. N’ayant jamais auparavant exercé de fonction qui aurait pu justifier sa médiatisation, c’est le jour de la publication de la liste officielle des candidats (le 7 avril 1995) que l’on trouve les deux premiers passages télévisuels de Jacques Cheminade, l’un sur France 3, l’autre sur France 2. L’auteur de Un monde sans la City ni Wall Street désigne déjà sa cible principale: la finance.

Nathalie Arthaud (2008)

Inconnue du grand public, Nathalie Arthaud fait l’objet de son premier portrait télévisé au JT de David Pujadas en décembre 2008. Elle succède alors à l’emblématique Arlette Laguiller, six fois candidate Lutte ouvrière à la présidentielle, comme porte-parole du parti d’extrême-gauche.

Philippe Poutou (?)

Nous n'avons pas trouvé trace de Philippe Poutou dans les archives télévisées en ligne de l'Ina. Le candidat du NPA s'était pourtant fait connaître des médias comme responsable CGT de l'usine de production de boîtes de vitesse Ford de Blanquefort (Gironde). On le voit ici, par exemple, être interviewé dans un reportage de France 3 Aquitaine le 6 novembre 2007.


Sébastien Tronche
Sébastien Tronche (16 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte