PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

2007 dans le rétro, épisode 82: Les candidats déclinent leurs propositions pour les femmes

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 05.04.2012 à 10 h 53

Forum Elle à Sciences Po, 5 avril 2007. France2/ Ina.fr

Forum Elle à Sciences Po, 5 avril 2007. France2/ Ina.fr

5 avril 2007. À L'APPEL DU MAGAZINE ELLE, les candidats à la présidentielle présentent devant les étudiant-e-s de Sciences Po leurs propositions pour les femmes.

Ça commence avec Nicolas Sarkozy, qui donnera «deux ans pour rétablir la parité entre les hommes et les femmes» avant de recourir à une loi contre les discriminations dans l'entreprise. François Bayrou annonce la parité dans son gouvernement.

L'accueil de Ségolène Royal est mitigé, entre applaudissements et sifflets de la salle... Souvent victime de remarques sexistes y compris dans son camp, la candidate PS rappelle «avoir entendu au cours de cette campagne des choses qu'aucun homme n'aurait entendues». Royal se prononce pour la création d'un service public de la petite enfance, tout comme Dominique Voynet. Marie-George Buffet souhaite «la création d'un ministère des droits de la femme, de plein droit, avec un budget».

«Bande d'imbéciles», lâche Jean-Marie Le Pen devant les étudiants qui le huent après l'avoir accueilli par des sifflets dans le hall de l'école. Le candidat FN esquive sur la question de l'IVG et refuse la distribution de préservatifs dans les lycées. Pour ceux que cela travaille, il faudra donc se débrouiller «manu militari»...

En 2007, les femmes représentaient un tiers des candidat-e-s à la présidentielle (4 sur 12). Elles sont 3 sur 10 en 2012. Et le magazine Elle organise, à la même date, son forum Elle/Sciences Po...

 

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte