PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

François Hollande et les conflits d'intérêts

Emmanuel Daniel, mis à jour le 05.04.2012 à 18 h 33

François Hollande a fait de la transparence un thème de sa campagne, mais sa déclaration d'intérêts n'est pas complète.

François Hollande à Tulle le 16 octobre 2011, REUTERS/Regis Duvignau

François Hollande à Tulle le 16 octobre 2011, REUTERS/Regis Duvignau

Slate.fr a pris le relais de l'ONG Transparence International France en sollicitant les candidats à l'élection présidentielle pour qu’ils publient leur déclaration d’intérêts, un document qui permet de s’assurer que, dans le cadre d’une décision publique, des intérêts personnels n’interviennent pas pour fausser l’impartialité des décideurs. Si une telle situation se présente, elle est détectée grâce à la déclaration d’intérêts et la personne concernée doit s’abstenir de participer à la décision. La publication d’un tel document permet aussi de protéger les décideurs publics contre les soupçons d’un mélange des genres.

Nous avons réalisé une fiche pour chacun des candidats regroupant leurs opinions sur la question de la lutte contre les conflits d'intérêts, leur déclaration (quand elle a été envoyée) et ce qu'ils ont «oublié» de déclarer. Envoyez-nous toute information sur des intérêts que nous aurions omis dans cette fiche à infos @ slate.fr.

***

Sa fiche Wikipol


Ce que François Hollande a dit sur les conflits d'intérêts

Il veut jouer la carte de la transparence dans l’affaire Karachi en levant le secret-défense s’il est élu. François Hollande pense également que les Français «attendent sans doute davantage de transparence» en ce qui concerne la santé du chef de l’Etat. Bref, François Hollande assure vouloir jouer cartes sur table sur tous les sujets.

Dans la feuille de route de sa première année s’il est élu président, qu’il a publiée le 3 avril 2012, figure en deuxième position la «signature d'une charte de déontologie et publication des déclarations d'intérêt par les membres du Gouvernement et circulaire du Premier ministre étendant ces exigences aux membres des cabinets et plafonnant leurs effectifs –lors du premier Conseil des ministres».

Interrogé par Transparence international France, il a approuvé la proposition visant à «prévenir les conflits d’intérêts dans la vie politique en rendant publiques des déclarations d’intérêts précises et en instaurant l’obligation de s’abstenir de participer à une décision publique en cas d’intérêts personnels liés à la question abordée», sans rentrer dans les détails.

Sa déclaration d'intérêts

La déclaration d’intérêts de François Hollande, disponible sur le site de Transparence international France, est presque vide: il ne mentionne que ses activités de député et de président du conseil général de Corrèze.

Ce qu'il n'a pas déclaré

D’accord pour rendre publiques les déclarations d’intérêts précises des candidats, François Hollande n’a pas été exhaustif en remplissant la sienne. S’il n’a, à notre connaissance, pas d’autres rémunérations que celles émanant de ses mandats électifs, il a oublié de mentionner les 30% de parts qu’il possède dans la société civile immobilière de son père, Georges Hollande.

Le candidat du PS omet surtout de mentionner sa concubine. Il est en effet en couple avec Valérie Trierweiler, journaliste politique et culture à Paris Match et Direct 8. Il est étonnant de constater que pour François Hollande, cette relation ne constitue apparemment pas un conflit d’intérêts potentiel alors même que sa compagne participe à ses activités politiques. Elle dispose en effet d’un bureau à son QG de campagne et l’accompagne lors de ses déplacements.

A noter également, un de ses fils, Thomas Hollande, qui travaille dans un cabinet d’avocat, participe à la course à l’Elysée de son père. Celui qui avait soutenu sa mère, Ségolène Royal, en 2007 est maintenant membre de l’équipe web du candidat PS, «à titre bénévole», précise-t-il. Selon L’Express, il songerait à s’implanter dans la vie politique de Marseille, où il a notamment intégré un think tank et organisé un déplacement de campagne.

Emmanuel Daniel

Nos autres fiches-candidats sur les conflits d'intérêt:

Envoyez-nous toute information sur des intérêts que nous aurions omis dans cette fiche à infos @ slate.fr

Emmanuel Daniel
Emmanuel Daniel (37 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte