PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

François Bayrou et les conflits d'intérêts

Grégoire Fleurot, mis à jour le 05.04.2012 à 18 h 32

Le candidat du Modem a joué le jeu de la déclaration d'intérêts, et vient de présenter son projet de référendum pour la moralisation de la vie publique.

François Bayrou à Sophia Antipolis le 27 février 2012, REUTERS/Jean Amet

François Bayrou à Sophia Antipolis le 27 février 2012, REUTERS/Jean Amet

Slate.fr a pris le relais de l'ONG Transparence International France en sollicitant les candidats à l'élection présidentielle pour qu’ils publient leur déclaration d’intérêts, un document qui permet de s’assurer que, dans le cadre d’une décision publique, des intérêts personnels n’interviennent pas pour fausser l’impartialité des décideurs. Si une telle situation se présente, elle est détectée grâce à la déclaration d’intérêts et la personne concernée doit s’abstenir de participer à la décision. La publication d’un tel document permet aussi de protéger les décideurs publics contre les soupçons d’un mélange des genres.

Nous avons réalisé une fiche pour chacun des candidats regroupant leurs opinions sur la question de la lutte contre les conflits d'intérêts, leur déclaration (quand elle a été envoyée) et ce qu'ils ont «oublié» de déclarer. Envoyez-nous toute information sur des intérêts que nous aurions omis dans cette fiche à infos @ slate.fr.

***

Sa fiche Wikipol


Ce que François Bayrou a dit sur les conflits d'intérêt

François Bayrou a publié mardi 3 avril le texte du référendum sur la moralisation de la vie publique qu’il compte organiser s’il est élu, dont un chapitre est consacré à la prévention des conflits d’intérêts. Il prévoit notamment la création d’une «Autorité de déontologie de la vie publique chargée du respect des règles de déontologie et de la prévention des conflits d’intérêts au sein du Gouvernement, du Parlement, de toutes les administrations de l’Etat et des collectivités territoriales ainsi que des entreprises publiques.»

Le référendum proposerait également d’obliger «les membres du Gouvernement, les membres du Parlement, les conseillers du président de la République et les membres des cabinets ministériels, les directeurs d’administration centrale, les titulaires d’emplois supérieurs à la discrétion du Gouvernement, les présidents et les membres des collèges des autorités administratives indépendantes, les dirigeants des entreprises publiques, les présidents des conseils régionaux et généraux, les maires des communes de plus de 3.500 habitants» de remettre à l’Autorité de déontologie de la vie publique une déclaration d’intérêt.

François Bayrou a par ailleurs signé les sept propositions de Transparence international France pour une nouvelle culture politique. Au sujet des conflits d’intérêts, il a déclaré à l’ONG:

«La prévention des conflits d’intérêt est un problème clé dans une démocratie car la confiance des citoyens dans les pouvoirs publics est fondamentale: il est donc urgent de s’en préoccuper afin de lever le soupçon qui pèse, en France plus qu’ailleurs, sur les responsables politiques mais également sur les fonctionnaires d’autorité.»

Sa déclaration d'intérêts

Interrogé mardi 27 mars par Johan Hufnagel, rédacteur en chef de Slate.fr, sur la publication d’une déclaration d’intérêt au cours de cette campagne dans l’émission politique 20’12, le candidat du Modem a répondu dans un grand éclat de rire avant de reprendre son sérieux (à 9'30 sur la vidéo):

«Je n’ai aucun intérêt, je n’ai aucune action, je n’en ai jamais acheté sauf une fois: j’en ai acheté une de chacune des sociétés d’autoroutes pour aller en justice et contester la décision de privatisation des autoroutes, au Conseil d’Etat. Je n’ai jamais eu d’actions de ma vie. Ma femme vous dirait “il a des chevaux, c’est pire”. […] Mais je n’ai pas d’intérêt. Pour moi c’est très important. Si j’ai cette liberté de ton dans cette campagne, c’est parce que je ne dois rien à personne. Nous n’avons aucune affaire dans nos placards. Jamais un euro d’argent suspect ou mystérieux n’a franchi le seuil de notre maison. J’ai depuis 1995 voulu avec obstination que nous soyons complètement libres de toute dépendance.»

Fidèle à ses propositions de campagne, François Bayrou nous a confirmé par écrit sa déclaration d’intérêt, qui est disponible sur le site de Transparence international France. Le candidat du Modem y déclare dans la partie «activité professionnelle» son métier d’exploitant agricole, ses indemnités parlementaires liées à son poste de député des Pyrénées-Atlantiques et des droits d’auteur dont le montant n’est pas spécifié.  

Il déclare également une action de 49 euros dans la Société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône, 169 euros de parts sociales au Crédit Agricole et un contrat d’assurance-vie de 60.5564 euros. Enfin, il déclare que sa femme Elizabeth Bayrou n’a pas d’activité, et détaille celles de ses six enfants: Hélène Lastecouères est professeure en khâgne au lycée Camille Jullian de Bordeaux, Marie Donato est ingénieure des eaux et forêts en congé parental, Dominique Lefevre est médecin généraliste, Calixte Bayrou est assistant à la faculté vétérinaire de Liège, Agnès Bayrou est doctorante en sciences politiques à l’IEP de Lille et André Bayrou est agrégé de lettres, doctorant et vacataire aux universités de Lyon III et de Saint-Etienne.

Ce qu'il n'a pas déclaré

La déclaration d’intérêt de François Bayrou est à notre connaissance plutôt complète. On peut préciser qu’il touche en tant que député des indemnités mensuelles brutes de 7.100,15 euros et 6.412 euros bruts de frais de mandat.  Il est aussi conseiller municipal de la ville de Pau.

Comme tout bon centriste qui se respecte, François Bayrou possède effectivement des chevaux qu’il élève pour la course à Bordères, avec un certain succès. Ses animaux lui rapportent des sommes parfois conséquentes quand ils gagnent, mais lui coûtent aussi en frais d’entretien.

Grégoire Fleurot

Nos autres fiches-candidats sur les conflits d'intérêt:

Envoyez-nous toute information sur des intérêts que nous aurions omis dans cette fiche à infos @ slate.fr

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte