France / Politique

2007 dans le rétro, épisode 80: François Bayrou et la «règle du troisième candidat»

Temps de lecture : 2 min

François Bayrou présente son programme, le 3 avril 2007. REUTERS/Philippe Wojazer.
François Bayrou présente son programme, le 3 avril 2007. REUTERS/Philippe Wojazer.

3 AVRIL 2007. FRANÇOIS BAYROU PRÉSENTE SON PROGRAMME resserré dans un fasicule de 20 pages oranges, tiré à 10 millions d'exemplaires. Pendant la conférence de presse donnée à cette occasion, une journaliste lui demande si le «moment Bayrou» est passé.

Le candidat du Modem développe alors sa théorie du troisième homme:

«Depuis qu'il y a des élections présidentielles, dans les trois dernières semaines les candidats qui sont en tête sont des candidats qui subissent une érosion. Alors j'espère que la règle qui veut que le numéro 3 monte dans les trois dernières semaines, qui a été souvent ou presque toujours respectée jusqu'à maintenant, sera respectée.»

Cette «règle» n'a en fait pas été très «souvent» (et encore moins «presque toujours») respectée, à part en 2002 où Jean-Marie Le Pen était crédité en moyenne de 10,8% d'intentions de votes à un mois du scrutin pour en récolter en réalité 16,9%.

En 1995, 1988 ou 1981, les troisièmes hommes (Edouard Balladur, Raymond Barre et George Marchais) n'ont pas vu d'évolution statistiquement significative de leurs intentions de vote lors des dernières semaines de la campagne.

Et la «règle» de Bayrou ne sera pas non plus confirmée en 2007: le candidat du Modem –au plus haut mi-mars, un mois et demi avant la campagne, lorsqu'il était à égalité avec Ségolène Royal le temps d'un sondageredescendra dans les sondages avant de finir avec 18,6% des voix, deux points derrière les prévisions des sondages du mois précédant le scrutin.

Newsletters

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters