FrancePrésidentielle 2012 live directPresidentielle

La poussée de Jean-Luc Mélenchon menace-t-elle vraiment François Hollande?

Slate.fr, mis à jour le 02.04.2012 à 11 h 44

François Hollande et Jean-Luc Mélenchon avant un conseil national du PS, le 29 juin 2002. REUTERS/Philippe Wojazer.

François Hollande et Jean-Luc Mélenchon avant un conseil national du PS, le 29 juin 2002. REUTERS/Philippe Wojazer.

LA POUSSÉE DE JEAN-LUC MÉLENCHON CONSTITUE-T-ELLE VRAIMENT UN DANGER POUR FRANÇOIS HOLLANDE? «Probablement pas», répond le politologue Gérard Grunberg, spécialiste du PS, qui consacre un article à cette question sur le site Telos. Il avance trois raisons:

  • «L’écrasante majorité de ses électeurs s’apprête à voter pour [François Hollande] au second tour de scrutin»
  • «La montée de Jean-Luc Mélenchon ne s’effectue que très partiellement au détriment du candidat socialiste» et «correspond plutôt à une poussée générale de la gauche qui atteint un niveau jamais obtenu depuis la réélection de François Mitterrand en 1988, autour de 46%» au premier tour.
  • «Jean-Luc Mélenchon sera conduit à faire voter en faveur du candidat socialiste au second tour» dans la perspective de l’élection d’un nombre significatif de députés «mélenchonistes».

Les sondages publiés depuis le 27 mars donnent en fait une fourchette de résultats assez large pour la gauche au premier tour, comprise entre 41% et 46,5%. François Hollande est donné entre 26% et 28,5%, Jean-Luc Mélenchon entre 11% et 15%, Eva Joly entre 2% et 3% et Philippe Poutou et Nathalie Arthaud autour de 0,5%.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte