PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Marine Le Pen: La peur d'un 22 avril 2007 et d'un «vote utile» pour Sarkozy

Cécile Dehesdin, mis à jour le 31.03.2012 à 12 h 23

Marine Le Pen à la sortie du Conseil constitutionnel, le 16 février 2012. REUTERS/Benoît Tessier.

Marine Le Pen à la sortie du Conseil constitutionnel, le 16 février 2012. REUTERS/Benoît Tessier.

ON ENVISAGE PLUS SOUVENT LE CONCEPT DE «VOTE UTILE» en pensant à la gauche, particulièrement depuis que Jean-Luc Mélenchon dépasse les 13% d'intentions de vote dans les sondages.

Depuis la montée en puissance du candidat du Front de Gauche et le passage de Nicolas Sarkozy devant François Hollande dans les sondages, mi-mars, le camp du candidat PS martèle le même message: la présence de François Hollande au second tour n'est pas acquise, il faut donc une mobilisation totale et ne pas laisser «s'éparpiller» les voix.

Le 15 mars, Arnaud Montebourg estimait par exemple dans le 20'12, notre émission politique en partenariat avec L'Express, l'INA et Dailymotion:

«La question de la victoire est primordiale et cruciale et elle n'est pas tranchée, il n'est pas acquis que nous puissions gagner cette élection.»

La veille, François Hollande évoquait le spectre du 21 avril 2002 dans un entretien à La Provence:

«[Le risque] c'est la dispersion. C'est l'idée que le premier tour est un moment où l'on exprime davantage une aspiration, une colère que sa préférence pour un candidat qui pourrait devenir président. Le 21 avril 2002 doit encore être dans toutes les mémoires ! L'extrême droite est à un haut niveau . Nous ne devons prendre aucun risque. La dynamique du premier tour est décisive pour l'emporter. Aucune voix ne doit manquer.»

Le camp Hollande a beau parler de «vote efficace» depuis –François Hollande lançant un appel non pas au «vote utile» mais au «vote efficace», sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem estimant qu'«il faut rendre le vote Mélenchon utile, en votant efficace c'est à dire François Hollande»– c'est blanc bonnet et bonnet blanc.

Le spectre du 22 avril 2007 et du vote utile Sarkozy

Mais un autre type de vote utile existe, avec d'autres dates fondatrices: là où François Hollande craint un autre 21 avril 2002 avec des voix parties pour Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen a peur d'un 22 avril 2007, et de voir Nicolas Sarkozy siphonner ses voix, analyse Le Monde.

Dans son meeting à Nice le 30 mars, elle s'est ainsi adressée «à tous ceux qui veulent voter pour un homme dont ils ne veulent plus [Nicolas Sarkozy] pour éviter l'élection d'un homme qu'ils ne veulent pas [Frnaçois Hollande]».

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte