France / Politique

Quel bilan pour la «République irréprochable» de Nicolas Sarkozy

Temps de lecture : 2 min

EN CETTE FIN DE QUINQUENNAT, l’ONG Transparence International France a demandé à quatre éditorialistes d’analyser le bilan de Nicolas Sarkozy en matière de transparence, d’intégrité et de lutte contre la corruption. Plusieurs grands thèmes sont examinés, à commencer par la «République irréprochable» prônée par le Président au début de son mandat.

Pour Hervé Gattegno, rédacteur en chef du Point, cet objectif est utopiste:

«La République n’est jamais irréprochable en France, et ce n’est pas son objet. […] Il y a beaucoup d’imperfections. […] On a toujours le sentiment que sur les sujets de fond, qui touchent aux principes et à la vertu comme disait Montesquieu, on n'y arrive pas.»

Thomas Legrand, éditorialiste politique à France Inter et contributeur de Slate.fr, a suivi avec attention durant ce quinquennat cette notion de République irréprochable, et dresse un constat sans appel. Pour lui, malgré quelques avancées comme «le rôle de la Cour des comptes qui peut maintenant aller regarder ce qu’il se passe à l’Elysée», c’est «une des promesses qui n’a pas été tenue».

Autre thème abordé, celui de la justice, un domaine sur lequel les éditorialistes sont divisés. Hervé Gattegno estime que nous n’avons pas assisté à une «dégradation de l’indépendance de la justice sous Nicolas Sarkozy». Un avis que ne partage pas Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur:

«Il est normal que l’exécutif oriente la politique judiciaire. Ce qui est moins normal, c’est qu’il intervienne dans les affaires particulières. […] On voit bien que c’est utilisé à d’autres fins, et notamment pour la protection d’amis politiques.»

Newsletters

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Newsletters