France / Politique

Jacques Chirac votera Hollande au premier tour, selon Paris-Match

Temps de lecture : 2 min

Jacques Chirac, le 5 novembre 2010. REUTERS/Gonzalo Fuentes
Jacques Chirac, le 5 novembre 2010. REUTERS/Gonzalo Fuentes

JACQUES CHIRAC ROULE TOUJOURS POUR FRANCOIS HOLLANDE, si l’on en croit Paris-Match. Dans son édition parue ce jeudi 29 mars, l’hebdomadaire consacre sa rubrique «C’est off» aux intentions de l’ancien chef de l'Etat:

«Le 14 mars, présent à la cérémonie de remise de la Légion d’honneur à une de ses ex-collaboratrices, organisée au Conseil constitutionnel, l’ancien président a confirmé qu’il voterait pour François Hollande dès le premier tour de la présidentielle.»

Le 11 juin 2011, Jacques Chirac avait affirmé, lors d’une visite –en compagnie de François Hollande– du musée qui porte son nom à Sarran (Corrèze), qu’il voterait pour celui qui n’était alors que candidat à la primaire socialiste, «sauf si Juppé se présente». Hollande y avait vu une «plaisanterie» et, le lendemain, Jacques Chirac avait affirmé à l’AFP qu’il s’agissait «d'humour corrézien entre républicains qui se connaissent de longue date», François Hollande ayant été envoyé en 1981 par le PS le défier sur ses terres aux législatives.

Le 4 janvier sur RTL, Bernadette Chirac avait jugé François Hollande «courtois», tout en rappelant qu’elle voterait Nicolas Sarkozy. Le 23 mars, elle avait répété ce qualificatif lors d’une réunion du conseil général de Corrèze, tout en affirmant par ailleurs que François Hollande n’avait pas «le gabarit d'un président de la République». Un propos qu’elle regrette ce jeudi dans une interview à Nice-Matin en estimant qu’il était «un petit peu trop fort».

Selon le Canard Enchaîné du 14 mars, l’ancienne Première dame serait en réalité isolée dans son soutien à Nicolas Sarkozy: Jacques Chirac confierait «toujours ses sympathies pour [Hollande] et son souhait de le voir l’emporter» pendant que sa fille Claude ferait «ouvertement de la retape pour Hollande en expliquant qu’il faut voter pour lui "dès le premier tour"». Son ancien gendre Thierry Rey, père de son petit-fils Martin, soutient lui officiellement le candidat socialiste, tandis que son gendre actuel, Frédéric Salat-Baroux, secrétaire général de l’Elysée de 2005 à 2007, pencherait pour François Bayrou.

En 1981, Jacques Chirac avait été accusé d’avoir fait perdre son camp à la présidentielle: après avoir recueilli 18% des suffrages au premier tour, il avait appelé ses électeurs à voter «selon leur conscience» au second, ne consentant qu’à «titre personnel» à affirmer qu’il voterait pour le président sortant Valéry Giscard d’Estaing, battu par François Mitterrand.

Newsletters

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters