France / Politique

Le «Je» dans les discours de Sarkozy

Temps de lecture : 2 min

Déclaration du chef de l'Etat, mercredi 21 mars 2012 à l'Elysée. REUTERS/Francois Mori/Pool
Déclaration du chef de l'Etat, mercredi 21 mars 2012 à l'Elysée. REUTERS/Francois Mori/Pool

QUELLE EST L'ÉVOLUTION DU PRONOM «JE» dans les discours du candidat puis président de la République Nicolas Sarkozy? Pour celles et ceux que cela intéresse, le linguiste Jean Véronis s'est livré dans Le Monde à l'analyse quantitative de l'usage de ce pronom dans les 758 interventions de Nicolas Sarkozy de 2004 à aujourd'hui...

Si la présence du «Je» est remarquable par son intensité chez le candidat de l'UMP, les variations de sa fréquence permettent de suivre les étapes de sa conquête du pouvoir. Un premier pic en 2004 (élection à la présidence de l'UMP), avant une baisse puis une lente remontée de l'automne 2005 à son élection en 2007. Après quoi, le discours présidentiel ne se sépare de l'usage du «Je» que petit à petit:

«En fait, on voit que le je décline, mais de façon progressive. Comme si le président ne cessait que graduellement d'être candidat.»

Un changement de style progressif que notait également sur son blog Textopol le chercheur Jean-Marc Leblanc à propos des discours de voeux du président Sarkozy:

«De la figure d'hyper-président dont on décèle les traces dans le message de 2007, Nicolas Sarkozy a gommé, année après année, toutes les aspérités pour aboutir avec ce message de 2011 à un discours d'où "rien ne dépasse", comme si le président hyperactif des premières années avait laissé place à une figure beaucoup plus discrète.»

Nicolas Sarkozy, président égotiste? Dernièrement Philippe Ridet écrivait dans Le Monde que «s'il parle de lui –comme toujours–, (Nicolas Sarkozy) dit moins de mal des autres». Mais chassez le naturel linguistique, il revient au galop: comme le graphique de Jean Véronis le révèle, depuis la mi-2011 le «Je» revient en force dans le discours présidentiel...

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio