Direct LiveFrance

Mohamed Merah: la police alertée du danger en 2010?

Slate.fr, mis à jour le 22.03.2012 à 11 h 07

Capture d'écran des images de Mohamed Merah diffusées par France 2 mercredi 21 mars

Capture d'écran des images de Mohamed Merah diffusées par France 2 mercredi 21 mars

La police française a-t-elle ignoré des signaux montrant la dangerosité et la radicalité de Mohamed Merah? C’est ce qu’affirment une femme, qui a souhaité conserver son anonymat, et son avocat, Me Mouton, dont le Télégramme a recueilli le témoignage.

Selon cette femme, «la police savait tout de la dangerosité de cet individu et de sa radicalité»: «J'ai porté plainte contre Mohamed Merah deux fois et j'ai relancé à de très nombreuses reprises. En vain.» En 2010, Mohamed Merah aurait tenté d’endoctriner son fils de 15 ans en lui faisant écouter des chants djihadistes et en lui montrant des vidéos d’exécutions d’al-Qaida dans son appartement, où il est «resté enfermé de 17h à minuit». Le lendemain de cet incident, habillé d’un treillis sombre et encagoulé, il aurait menacé la femme en pleine rue avec un sabre à la main et en criant «Allah Aqbar».

Choquée, la femme aurait porté plainte le 25 juin 2010, ce qui a provoqué la colère de Mohamed Merah:

«Il est venu devant chez nous. Il m'a menacée et frappée. Il disait que j'étais athée et que je devrais payer comme tous les Français. Il n'arrêtait pas de répéter qu'il était un moudjahidin et qu'il mourrait en martyr, qu'il effacerait de la Terre tous ceux qui tuaient des Musulmans...»

Son avocat, Me Mouton, qui «répond de la sincérité de sa cliente», confirme qu'une «plainte très circonstanciée» a bien été déposée. Ces deux témoignages s’ajoutent à celui d’une ancienne voisine de la famille Merah, Malika, qui a affirmé au Parisien que Mohamed Merah avait déjà fait parler de lui dans le quartier où ses dérives islamistes étaient connues.

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a déclaré mercredi 21 mars que le suspect, qui avait «des attaches avec des personnes qui se réclament du salafisme et du djihadisme», était «suivi depuis plusieurs années par la DCRI et ses agents toulousains», «mais jamais aucun élément laissant penser qu’il pouvait préparer une action criminelle n’était apparus» jusqu’aux attaques. Une version qui pourrait être mise à mal si les faits décrits par les témoins se vérifient.

On sait par ailleurs que Mohamed Merah a effectué «des séjours en Afghanistan et au Pakistan par le passé» selon le ministre de l'Intérieur, où il aurait même été arrêté pour avoir posé des bombes. Mais les détails de ces voyages et de l’éventuelle arrestation restent peu clairs.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte