PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Parrainages: Corinne Lepage ne lâche pas l'affaire, Dominique de Villepin abandonne

Cécile Dehesdin, mis à jour le 17.03.2012 à 12 h 20

Corinne Lepage sortant du Conseil constitutionnel à Paris, le 16 février 2012. REUTERS/Benoit Tessier

Corinne Lepage sortant du Conseil constitutionnel à Paris, le 16 février 2012. REUTERS/Benoit Tessier

L'UN RENONCE, L'AUTRE Y CROIT ENCORE. Dominique de Villepin a annoncé au soir de ce vendredi 16 mars –date limite pour le dépôt des parrainages au Conseil constitutionnel– qu'il était «empêché» de se présenter à l'élection présidentielle, faute d'avoir le nombre de parrainages suffisant (500).

La veille, il indiquait déjà qu'il ne disposerait pas de ses 500 parrainages, «sauf miracle».

Mais Corinne Lepage ne lâche pas l'affaire.

Elle explique sur son site avoir livré au total 475 parrainages au Conseil constitutionnel mais ne pas savoir combien en plus ont été directement envoyés par les élus au Conseil (et espère donc qu'au moins 25 élus l'auront fait, pour lui faire atteindre les 500).

La candidate écologiste de Cap 21 conclut:

«C’est demain ou lundi que le Conseil Constitutionnel nous indiquera précisément les parrainages arrivés ce vendredi et le nombre total que j’ai obtenu.»

Le parti de Corinne Lepage accuse Europe Ecologie-Les Verts d'avoir fait bloquer les soutiens à sa candidate, ce qui expliquerait «une différence entre les promesses et les parrainages» d'après son chef de cabinet, rapporte L'Express.

Corinne Lepage et Eva Joly s'envoient des tacles depuis plusieurs semaines, et le Nouvel Observateur affirme que la candidate de Cap 21 est «considérée qu QG des Verts comme un facteur de "destabilisation" de la campagne d'Eva Joly», et que son retrait serait un soulagement pour la candidate d'EELV.

Quand le Conseil constitutionnel annoncera officiellement lundi le décompte des parrainnages, il fera également le compte du nombre total de signatures reçues. Corinne Lepage a affirmé au Nouvel Obs qu'elle s'attendait à ce que «seuls 10.000 à 12.000 maires parrainent cette fois, dont 8.000 le PS et l’UMP. Au lieu de 17.000 en 2007»:

«En face, Dominique de Villepin et moi, on galère. C'est inadmissible. Mais que dirait-on si un ancien premier ministre était interdit de se présenter à une élection présidentielle dans un pays d’Afrique?»

Depuis 1981 (année où le nombre de parrainages requis est passé 500), le nombre total de signatures a baissé d'environ 1.000 par année, sauf en 2002, année record avec 17.815 parrainages reçus pour 16 candidats. En 2007, le nombre de parrainnages s'élevait bien à 16.900.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte