PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Un sondage place Sarkozy devant Hollande pour la première fois

Mathieu Perisse, mis à jour le 13.03.2012 à 18 h 59

SELON L'EXPRESSION CONSACREE, «les courbes se croisent». Un sondage Ifop/Paris-Match/Europe1 crédite Nicolas Sarkozy de 28,5% d’intentions de vote au premier tour du scrutin présidentiel. Le candidat de l’UMP devancerait ainsi François Hollande qui recule de 1,5 points, à 27%.

La portée de ce sondage est néanmoins à relativiser. Comme le rappelait l'Ifop récemment, lorsque les intentions de vote sont situées autour de 30% pour un échantillon de 1.000 à 2.000 personnes, la marge d'erreur est de 2,8 points, soit plus que l'écart entre les deux candidats dans le cas présent.

L'enquête a été réalisée le soir du dimanche 11 mars et le lundi 12, soit juste après le meeting de Villepinte, considéré comme le plus important de la campagne de Nicolas Sarkozy jusqu’à présent. Ce chiffre vient conclure une semaine dominée médiatiquement par le président-candidat. Avec deux émissions télévisées (Des paroles et des actes mardi 6 mars et Parole de candidat lundi 12 mars) entrecoupées d’un meeting géant, il ne restait plus beaucoup d’espace à François Hollande.

«Stratégie de droitisation»

Pour Frédéric Dabi, directeur-général adjoint de l’Ifop, interrogé par Libération, «c’est un peu un retour à la normale». Et de rappeler qu’aucun président sortant n’avait été «devancé au premier tour», dans l’histoire de la Vème République. Ce sondage «marque la réussite, pour l’instant, de la stratégie de droitisation et d’assèchement de l’électorat du Front national suivie par Nicolas Sarkozy», estime-t-il avant d’ajouter: «Jamais Marine Le Pen n’a été aussi basse dans notre sondage».

A cours des dernières semaines, Nicolas Sarkozy a en effet multiplié les annonces «musclées», sur l’immigration ou la viande halal. «Il y a trop d’étrangers sur notre territoire»a-t-il notamment déclaré le 6 mars, proposant de «diviser par deux le nombre de gens» accueillis par la France chaque année.

Les chiffres de ce sondage ne sont toutefois pas synonymes de victoire pour Nicolas Sarkozy, toujours distancé au second tour par son adversaire socialiste (45,5% des intentions de vote contre 54,5%). Malgré tout, la nouvelle permettra sans doute de remobiliser les troupes de la majorité derrière leur candidat:Du côté du Parti socialiste, l'heure est à la mobilisation. L'élection n'est pas encore jouée, comme le rappelle Manuel Valls:

Photo: Nicolas Sarkozy lors de l'émission Parole de candidat sur TF1, lundi 12 mars 2012.REUTERS/Philippe Wojazer

Mathieu Perisse
Mathieu Perisse (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte