PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Hollande a déjà 3.000 parrainages

Grégoire Fleurot, mis à jour le 08.03.2012 à 17 h 18

COMME LORS DES PRÉCÉDENTES PRÉSIDENTIELLES, la chasse aux signatures des «petits» et «moyens» candidats, ouverte jusqu'au 16 mars, occupe l'espace médiatique. Marine Le Pen a lancé un appel aux maires et remis en question la publicité des parrainages tandis que les militants de Philippe Poutou utilisent les moyens du bord pour démarcher les élus de la France entière. Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade, eux, semblent en avoir terminé puisqu'ils affirment avoir déposé plus de 500 signatures au Conseil constitutionnel.

Mais comment se passe la récolte et l’envoi des parrainages pour les «gros» candidats, ceux pour qui cette étape incontournable est une pure formalité administrative? Au Parti socialiste, l’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant a été désigné mandataire national par François Hollande. C’est lui qui s’occupe des rapports avec les institutions qui assurent le bon déroulement de la campagne comme le Conseil constitutionnel, la Commission nationale des comptes de campagne et des financement politiques (Cnccfp) ou encore le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

Le parti socialiste disposant d'un nombre d'élus locaux imposant, l'équipe de campagne de François Hollande n’a organisé aucune opération de démarchage, et n’a même pas besoin d’obtenir des promesses de signatures, explique Yves Colmou, secrétaire national adjoint aux élections du PS et adjoint de Daniel Vaillant pour cette campagne.

Le parti a simplement envoyé des indications à ses parrains potentiels, des élus socialistes mais aussi divers gauche, républicains ou sans étiquette, qui sont identifiés localement par le réseau de mandataires départementaux du PS. Les deux consignes principales ont été très claires: les élus ont été priés d’accorder leur parrainage exclusivement à François Hollande, et d’envoyer leurs formulaires remplis directement au Conseil constitutionnel, raconte Yves Colmou. Un luxe que ne peuvent pas se permettre les «petits candidats», qui préfèrent en général recevoir les signatures au QG de campagne et de les amener eux-mêmes afin de savoir exactement où ils en sont.

L’équipe de François Hollande se contente des rapports du Conseil constitutionnel, qui informe quotidiennement les mandataires des candidats du nombre de parrainages reçus (un chiffre qui n’est qu’indicatif car le Conseil ne s’est pas encore prononcé sur la validité des formulaires), mais aussi de leur origine géographique: les signatures doivent en effet émaner d’au moins trente départements ou territoires d’outre-mer sans que plus d’un dixième proviennent du même département. Aux dernières nouvelles, François Hollande vient de franchir la barre des 3.000 formulaires reçus par le Conseil constitutionnel, soit assez de signatures pour six candidats. En 2007, Ségolène Royal en avait totalisé 3.500.

Grégoire Fleurot

Photo: François Hollande à Paris le 8 mars 2012. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte