PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Oubliez les sondages, les maths donnent Sarkozy gagnant au second tour

Cécile Dehesdin, mis à jour le 07.03.2012 à 13 h 29

ET SI ON S'ELOIGNAIT DES SONDAGES DEUX MINUTES pour s'intéresser à un autre type de prévision du résultat de l'élection présidentielle?

Nous vous parlions déjà en novembre dernier des deux chercheurs d'ElectionScope, qui tentent de donner une estimation du résultat de mai prochain en utilisant deux variables: l'évolution de la popularité du président et du chômage sur un an. Leurs derniers calculs donnent Nicolas Sarkozy l'emportant au second tour avec 50,3% des votes, une tendance qui devrait se confirmer si le chômage ne remonte pas d'ici mai, expliquent-ils à L'Expansion:

«Si le chiffre du chômage était remonté au-dessus de 9,6%, Hollande aurait pu l'emporter, expliquent les deux chercheurs. Mais l'Insee a annoncé un taux de 9,4% le 1er mars. Quoi qu'il advienne, le score sera serré: un 57-43 en faveur de la gauche est totalement exclu.»

Autrement dit, les chercheurs excluent complètement les prévisions des différents instituts de sondages, qui donnent depuis début mars Nicolas Sarkozy entre 41 et 44% au second tour, contre 56% à 59% pour François Hollande. Sur un an, selon les derniers chiffres disponibles, le taux de chômage a légèrement augmenté (de 9,2% à 9,4% en métropole) et la popularité de Nicolas Sarkozy est montée de 2 points, selon l'Ifop.

Ce genre de modèle s’appuie sur un postulat de base, comme nous vous l'expliquions en février 2011: l’élection présidentielle serait essentiellement, selon les termes de Christine Fauvelle-Aymar, maître de conférence en économie à l'université de Tours, «un référendum sur la gestion du parti sortant», dans lequel la situation économique jouerait un grand rôle (comme le reflétait le slogan «It’s the economy, stupid!» «C'est l'économie qui compte, idiot!»– de la campagne Clinton aux Etats-Unis en 1992).

Bruno Jérôme et Véronique Jérôme-Speziari ont prédit avec succès le résultat des trois dernières élections présidentielles françaises (et américaines). Mais il faut noter que la présidentielle de 2012 n'intervient pas en situation de cohabitation (contrairement à 1995 et 2002) et voit le président sortant se représenter (contrairement à 2007).

Photo: Nicolas Sarkozy lors de son meeting de Marseille, le 19 février 2012. REUTERS/Philippe Wojazer.

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte