PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Marine Le Pen veut des observateurs internationaux

Slate.fr, mis à jour le 07.03.2012 à 13 h 13

Nicolas Sarkozy s'excuse sur France 2, les députés UMP n'ont plus la foi, Le Pen assure qu'il y aurait eu des fraudes massives en 2002... La revue de web de la présidentielle.

1. Les excuses de Sarkozy tombent dans l'oreille d'un sourd

Nicolas Sarkozy était mardi soir, avec Laurent Fabius, l'invité de l'émission Des paroles et des actes sur France 2. Il a expliqué être aller au Fouquet's parce qu'il n'avait pas «une famille solide» avec qui fêter sa victoire, et sur le yacht de son ami Vincent Bolloré pour «arranger les choses dans son couple». Des justifications qui enlèvent de la force aux excuses du candidat, notamment pour François Hollande qui se demande si le président-candidat a bien «reconnu ses fautes». Quant aux quelques propositions avancées par Nicolas Sarkozy parrainage par les citoyens français» pour remplacer les 500 signatures des élus, impôt sur les bénéfices des grands groupes), Hollande, pour qui Sarkozy «vient de se rendre compte» que certaines grandes entreprises échappent à l'impôt, rappelle que «les bonnes idées, il faut les avoir en début de mandat, pas à la fin». 

2.

«La campagne est perdue»

François Fillon a conclu mardi la dernière séance de questions au gouvernement de la 13e législature de la Ve République en remerciant sa majorité «du fond du coeur», rapporte le JDD. Et si Bernard Accoyer, président de l'Assemblée, s'est félicité en conférence de presse du «bilan considérable» de la législature, certains députés UMP auraient «sacrément peur pour eux» à l'approche des législatives. «Ils sont tellement stones», assure à Libération le socialiste Henri Emmanuellli qui mime la compassion pour ces élus «si tristes et abattus». La présidentielle n'inspirerait pas plus la confiance dans le camp majoritaire. Comme ces députés qui confient au Monde, en marge d'un débat à l'Université Paris-Dauphine, que «la campagne est perdue», et fustigent les «énarques» méprisants de l'entourage de Nicolas Sarkozy.

3. Marine Le Pen veut des «observateurs internationaux» à la présidentielle.

Marine Le Pen n'a «plus confiance dans le fonctionnement démocratique français». Invitée sur RFI, elle raconte avoir constaté des «fraudes massives» lors du deuxième tour qui a opposé son père à Jacques Chirac en 2002. La solution d'après elle: demander à des observateurs internationaux de veiller au bon déroulement du scrutin, ce qu'elle pense faire si elle est effectivement candidate.

4.Comment Patrick Buisson a réintroduit le halal

Le Monde revient sur la façon dont le halal est passé des déclarations de Marine Le Pen au centre des débats et des discours de l'UMP. C'est le conseiller de Sarkozy Patrick Buisson qui a commencé à insister sur l'intérêt de faire virer la campagne à droite. Des propos de Claude Guéant à ceux de François Fillon, la polémique enfle, et Nicolas Sarkozy fait mine de tempérer sur France 2 («c'est un faux problème»), alors que Matignon feint de ne pas comprendre:  «Ce n'est pas la mer à boire, ce n'est pas illégitime. Il a juste suggéré qu'on réfléchisse

5. Euthanasie: des candidats sur leur lit d'hôpital

Faut-il mettre les candidats à la présidentielle sur un lit d'hôpital pour faire évoluer leur position sur l'euthanasie? C'est la question que pose l'Association pour le droit de mourir dans la dignité via une campagne de publicité diffusée dans Les Inrockuptibles, et qui vise à interpeller les candidats sur la question de la fin de vie. Le photomontage montre Marine Le Pen, François Bayrou et  et Nicolas Sarkozy blafards et sous assistance respiratoire. Si François Hollande s'est exprimé en faveur d'une assistance médicalisée, Nicolas Sarkozy et François Bayrou n'envisagent pas de revenir sur la loi Leonetti interdisant l'acharnement thérapeutique.

Photo: Marine Le Pen / REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte