PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Carla Bruni-Sarkozy est très discrète, s'amuse la presse allemande

Slate.fr, mis à jour le 01.03.2012 à 18 h 05

MERKEL PLUTÔT QUE CARLA. Nicolas Sarkozy préfère désormais s'afficher avec Angela Merkel plutôt qu'avec sa femme, s'amuse le Frankfurter Allgemeine Zeitung dans un article intitulé «Vive la discrétion!» en français dans le texte. L'actuel président a en effet compris que les Français ne supportent plus qu'il mette en scène sa vie privée –et pense désormais que Carla Bruni-Sarkozy l'aidera davantage en restant dans l'ombre que sous les feux de la rampe.

Pour la mondaine Première dame, c'est une expérience nouvelle que de devoir rester en retrait, elle qui a toujours eu l'habitude de jouer les premiers violons, que ce soit en tant qu'enfant gâtée d'une des plus riches familles d'industriels italiens, mannequin surpayée ou chanteuse lascive, poursuit le FAZ.

Le fait que cette nouvelle stratégie de communication, censée faire remonter la côte de popularité de Sarkozy dans les sondages –qui n'a jamais autant chuté que lorsqu'il paradait en compagnie de Carla à Eurodisney ou lors de son mariage– s'accompagne désormais d'une réserve absolue au sujet de la campagne présidentielle, au motif que la Première dame, selon ses propres mots, «n'y connaî[t] rien», a également suscité de nombreux commentaires moqueurs dans la presse allemande.

Pour la Welt, il s'agit d'un «nouveau genre de guerilla-marketing politique»:

«Carla Bruni-Sarkozy fait de la publicité pour son époux, dans laquelle elle raconte qu'elle ne comprend rien à la politique et préfère rester en dehors de tout ça. […] Dans la psychologie de la publicité, on appelle cette méthode la transmission de messages latents l'influence subliminale.»

Le Spiegel se gausse également de ce virage à 180°, estimant que «la star des gazettes en papier glacé a muté en sage mère», qui se présente désormais dans les médias comme une femme au foyer moyenne, pour mieux coller à la nouvelle image de son mari, qui prétend être un Français comme les autres.

A l'inverse, la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, déploie une toute autre stratégie. Certes, la journaliste politique garde elle aussi une certaine réserve, mais elle ne joue pas le jeu du «je n'y comprends rien». Elle a ainsi commenté à plusieurs reprises la précampagne du candidat socialiste via Twitter, et est souvent à ses côtés lors de ses apparitions publiques, rappelle Die Welt.

Le FAZ estime enfin qu'après l'affaire DSK, la mise en scène de la vie privée à l'américaine n'a définitivement plus la cote en France, chassée par un retour en force de la discrétion puritaine façon général de Gaulle. Même si ni Carla ni Valérie ne ressemble à «tante Yvonne», comme les Français surnommaient la femme du fondateur de la Vème République...

Photo: Carla Bruni-Sarkozy au palais de l’Élysée le 26 janvier 2012, REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte