PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Hollande et l'impôt sur le revenu à 75%: proposition choc, impact limité

Mathieu Perisse, mis à jour le 28.02.2012 à 18 h 16

LES QUESTIONS FISCALES S'INSTALLENT un peu plus au cœur de la présidentielle 2012. Lundi 27 février, la proposition de François Hollande visant à imposer à 75% les revenus de plus d’un million d’euros a surpris la classe politique.

En visite au Salon de l’agriculture, François Hollande a justifié son projet, estimant qu'accepter «de payer un impôt supplémentaire pour redresser le pays» était «patriotique». Mais, une fois passé l’effet d’annonce, vient la délicate étape du chiffrage.

  • Ce qui est taxé: le «haut» du revenu

Comme l’explique Samuel Laurent du Monde.fr, «il ne s’agit pas de prendre les trois-quarts» des revenus des millionnaires. Alors que François Hollande prônait déjà la création d’une sixième tranche d’imposition à 45% pour les revenus de plus de 150.000 euros, la mesure annoncée lundi équivaut en réalité à une septième tranche. Jusqu’à un million d’euros, le contribuable fortuné serait imposé de la même manière qu’aujourd’hui. Ce n’est que pour les sommes situées au-delà de ce seuil que le taux marginal de 75% serait appliqué.

  • Les personnes concernées: les 0,01%

Tout le monde s’accorde pour admettre que peu de personnes gagnent plus d’un million d’euros par an. La mesure concernera moins de 3.000 contribuables, selon Jean-Marc Ayrault, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. En août 2011, le rapporteur UMP de la commission des finances Gilles Carrez estimait à 30.000 le nombre d’individus gagnant plus d’un million par an. Un rapport du Sénat cité par le Monde montrait que les 3.523 foyers se situant au-dessus de 1,2 million d’euros de revenu annuel représentaient 0,01% de l’ensemble des foyers fiscaux.

  • Une mesure peu rentable

Une telle réforme ne ramènerait que des «clopinettes», d’après Guillaume Duval d’Alternatives Economiques. L’impôt sur le revenu totalisait 59 milliards d’euros en 2009, soit environ 17% des recettes fiscales de l’Etat. Les sommes récoltées grâce à la proposition de François Hollande seraient situées entre 200 et 250 millions d'euros, estime Vincent Drezet, secrétaire national du Syndicat national unifié des impôts (Snuip), interrogé par le Monde.

  • Un symbole avant tout

«Ce n'est pas avec ça qu'on va réduire le déficit», admet par ailleurs Vincent Drezet, pour qui la mesure revêt cependant un caractère «pédagogique». Alors que Nicolas Sarkozy vient de réaffirmer sa volonté d’interdire les parachutes dorés, François Hollande tente à son tour d’apparaître comme le candidat de la réduction des inégalités. Si l’enjeu économique est limité, la portée politique d’une telle annonce est beaucoup plus grande.

  • Ce que proposent les autres

François Hollande ne va pas aussi loin que Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Front de Gauche propose de son côté la création d’une tranche d’imposition à 100% pour les revenus supérieurs à 360.000 euros. Dans les faits, cela revient à instaurer un salaire maximum. De même, la taxe du candidat socialiste reste également moins importante que celle proposée par Eva Joly. La candidate Europe Ecologie prône la mise en place d’une tranche imposée à 70% dès 500.000 euros.

A l'inverse, François Hollande propose une hausse considérable par rapport à d'autres candidats. Ainsi François Bayrou souhaite porter le taux marginal de 41% à 45%, et créer une nouvelle tranche pour les revenus supérieurs à 250.000 euros, qui seraient imposés à 50%. Marine Le Pen défend de son côté une hausse similaire, à 46%, contre 41% actuellement. Nicolas Sarkozy, qui a dénoncé «l’improvisation et l’amateurisme», n'a pas encore fait part de ses propositions en matière d'impôt sur le revenu.

Photo: François Hollande lors d'un discours à Evry, le 22 février. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Mathieu Perisse
Mathieu Perisse (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte