France / Présidentielle

2007 dans le rétro, épisode 46: Sarkozy salue l'action extérieure de Chirac

Temps de lecture : 2 min

28 février 2007. NICOLAS SARKOZY TIENT UNE CONFÉRENCE DE PRESSE sur son programme de politique étrangère. Un des objectifs est de dissiper les doutes qu’il avait fait naître en septembre 2006, quand celui qui sera bientôt surnommé «Sarkozy l’Américain» avait estimé que la France n'était «pas exempte de reproches» dans sa relation avec les Etats-Unis lors d’une rencontre avec George W. Bush à Washington. Le message est clair cette fois-ci:

«J’approuve l’action menée depuis 12 ans par le président de la République. Les Français savent ce qu’ils doivent à la lucidité de Jacques Chirac de ne pas les avoir entraînés dans une entreprise incertaine, celle de la guerre en Irak, qui était une erreur historique.»

Sur le front des signatures, à deux semaines de la date limite du dépôt, Olivier Besancenot affirme avoir 452 promesses de parrainage, un chiffre à comparer avec celui de 465 annoncé par ce même Besancenot pour son successeur du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou le 26 février 2012. Jean-Marie Le Pen affirme lui sur le plateau du JT de France 2 ne pas avoir ses 500 signatures et être victime d’une «offensive généralisée pour essayer de dissuader les maires», des «coups de téléphone d’injures», accusant notamment Philippe de Villiers.

Photo: Nicolas Sarkozy à Paris le 28 février 2007, REUTERS/Philippe Wojazer

Newsletters

Bonus Malthus

Bonus Malthus

1 bougie

1 bougie

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Newsletters