PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Impôts: François Hollande veut taxer à 75% les revenus de plus d'un million

Mathieu Perisse, mis à jour le 28.02.2012 à 14 h 32

FRANCOIS HOLLANDE SURPREND… Même au sein de son équipe de campagne. Le candidat socialiste avait déjà désigné «le monde de la finance» comme son adversaire principal lors du discours du Bourget. Un nouvel ennemi s’est désormais ajouté sur sa liste: les «très riches».

Invité de l’émission de TF1 «Parole de candidat» lundi 27 février, il a ajouté une nouvelle proposition à ses «60 engagements» pour la France. Se présentant comme le «candidat de la justice», François Hollande souhaite créer un nouveau taux d’imposition de «75%» pour les revenus «au-dessus d’un million d’euros par an», soit «à peu près 100.000 euros par mois», a-t-il ajouté.

«Les richesses indécentes»

Le projet du Parti socialiste prévoit déjà l’instauration d’une nouvelle tranche de l’impôt sur le revenu, taxée à 45%, pour les revenus supérieurs à 150.000 euros annuels. Avec cette nouvelle annonce spectaculaire, François Hollande entend donc symboliquement frapper «les richesses indécentes, qui n’ont rien à voir avec le talent ou l’intelligence».

Une proposition essentiellement symbolique puisque, selon l’économiste Thomas Piketty, environ 6.000 personnes seulement seraient concernées par un tel impôt, rapporte le JDD.

La proposition a été accueillie avec une certaine surprise par Jérôme Cahuzac, pourtant responsable des questions financières, budgétaires et fiscales au sein de l’équipe socialiste. Invité de «Mots croisés» sur France 2 une heure après l’annonce de François Hollande, il n’a pas semblé avoir été informé du projet«Vous m’interrogez sur une déclaration que, pour ma part, je n’ai pas entendu» a-t-il déclaré, alors qu’Yves Calvi l’interrogeait à ce sujet.

«Le déconnomètre fonctionne à pleins tubes»

Chez les adversaires de François Hollande, la mesure est fortement critiquée. A droite, c’est par la voix de Valérie Pécresse que le gouvernement a contre-attaqué. La ministre du Budget a fustigé dans un communiqué «l’inflation fiscale» d’un candidat socialiste «qui invente chaque semaine une nouvelle taxe sans jamais proposer la moindre économie».

Un peu plus tard, Franck Riester, député, maire et secrétaire national de l’UMP en charge de la communication, estimait que François Hollande «reste obstinément cantonné dans le registre des incantations et des belles promesses».

Le lendemain c'était au tour du président du MoDem. «Le déconnomètre fonctionne à pleins tubes», a réagi François Bayrou sur RMC, croyant citer Audiard. Avec  un impôt sur le revenu à «75%, plus la CSG, plus l’impôt sur la fortune, ça veut dire qu’on est à près de 100% d’imposition. Ce qu’il va se passer, c’est que les gens vont aller se faire payer à l’étranger», estime-t-il.

Photo: François Hollande à l'émission Parole de candidat de TF1, 27 février. REUTERS/Pool New

Mathieu Perisse
Mathieu Perisse (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte