PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Probablement piraté, un site d'information publie une fausse dépêche AFP annonçant la mort de Sarkozy

Slate.fr, mis à jour le 26.02.2012 à 20 h 20

«Une dépêche de l'AFP annonce que le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a trouvé la mort dans un accident de la route.» Tel était le titre de l'article que l'on pouvait lire en une du site MidiPresse, une lettre d'information économique de la région Midi-Pyrénées, dimanche 26 février 2012 en milieu d'après-midi.

Découvert par le site Zataz, cet article, qui n'était «consultable que sur abonnement», est bien évidemment faux, et la dépêche AFP en question inexistante. Spécialisé dans l'actualité multimédia, Zataz explique qu'«à première vue, un petit plaisantin est passé par le site de MidiPresse pour y diffuser ce faux communiqué», de la même façon qu'en juillet dernier un pirate avait hacké le compte Twitter de la chaîne FoxNews pour annoncer la mort de Barack Obama.

«Notre site a semble-t-il été piraté», a confirmé à... l'AFP le patron de Midi Presse Service, Ferdinand Kerssenbrock, qui a expliqué ne connaître «ni l'origine, ni la cause» du piratage et s'est dit «surpris qu'on utilise un site aussi confidentiel [...] pour tenter de diffuser une information d'une telle ampleur».

Aucune manifestation officielle n'était prévue à l'agenda du président dimanche, pas plus qu'à celui du candidat. Nicolas Sarkozy doit participer lundi à 7h30 à l'émission RTL Matin.

Comme nous l'expliquions dans un article de février 2011, le démenti de morts de personnalités constitue un «nouveau "marronnier" du journalisme web», notamment en raison de la propagation régulière de rumeurs de ce type via les réseaux sociaux et les forums de discussion. Ces dernières années, ont été touchés par ce phénomène Bernard Montiel, Loana, Michel Sardou, Jean Dujardin, Ramzy Bédia...

Comme nous le notions alors, ceux qui diffusent ce type de rumeurs tentent de «faire dérailler le flux médiatique l'espace d'une soirée pour en montrer toutes ses faiblesses»:

«La logique est la même que pour le hacking: quand les hackers pénètrent dans un système informatique, ils veillent en général à ne rien détruire et laissent en partant la porte grande ouverte pour prévenir les responsables du système de la faille de sécurité. [...] Les fausses morts ne sont pas mortes! Il va falloir s'y habituer, et surtout s'adapter pour les médias.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte