France / Présidentielle

2007 dans le rétro, épisode 43: l'hystérie des parrainages

Temps de lecture : 2 min

Jean-Marie Le Pen à Marseille. REUTERS/Jean-Paul Pelissier.
Jean-Marie Le Pen à Marseille. REUTERS/Jean-Paul Pelissier.

25 FÉVRIER 2007. L'ETAU SE RESSERRE sur les «petits» candidats, toujours en quête des promesses de parrainage qui leur permettront de se présenter à la présidentielle.

Après l'affaire du piège à parrainages de Nicolas Miguet, Jean-Marie Le Pen accuse sans le nommer son adversaire Philippe de Villiers de faire pression sur des élus afin qu'ils ne donnent pas leur signature au leader du Front national. Quant à Dominique Voynet, c'est le parti socialiste qu'elle accuse... «Je n'accuse pas, je constate», précise-t-elle, en parlant de pressions dont seraient victimes les maires socialistes de la part de leur parti. François Hollande, lui, persiste et assumes ses consignes: les élus socialistes se doivent de donner leur parrainage à la seule candidate socialiste.

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters