PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Gérald Dahan licencié après avoir piégé Nicolas Dupont-Aignan

Slate.fr, mis à jour le 22.02.2012 à 16 h 15

LA BLAGUE LUI A COÛTÉ CHER. L’imitateur et animateur radio Gérald Dahan s’est vu interdire l’accès aux locaux de Rire et Chansons mercredi 22 février au matin. La radio a confirmé par communiqué sa «fin de collaboration à effet immédiat», avec l’humoriste.

La cause de cette rupture: la diffusion sur Internet, contre l’avis de la station, d’un canular téléphonique dans lequel Gérald Dahan se fait passer pour Eric Cantona et piège Nicolas Dupont-Aignan. Imitant l’accent de l’ancien footballeur défenseur de la cause du mal logement, Dahan engage la conversation avec le leader de Debout la République.

Très vite, l’échange porte sur Nicolas Sarkozy. Et Nicolas Dupont-Aignan se lâche. «Je n'ai absolument pas confiance en Sarkozy qui est une catastrophe ambulante», dit-t-il. «Si Sarkozy est réélu, ça finira dans le sang. Après, ça finira dans la rue. Tu vois le pays supporter encore Sarkozy cinq ans?» (le faux Cantona lui a demandé de le tutoyer).

Les autres candidats s’en sortent mieux aux yeux du député de la 8e circonscription de l’Essonne: «François Hollande, c'est un mec bien au fond. Le pansement Hollande est bien mieux que le pansement Sarkozy.»

L’humoriste est un spécialiste des canulars, avec une prédilection pour les hommes politiques. En 2005, il imite Jacques Chirac pour demander à Zinedine Zidane et à l’équipe de France de poser la main sur le cœur au moment de l’hymne national. La même année, il parvient à piéger Nicolas Sarkozy en se faisant passer pour Pierre Palmade. En 2007, il s’était également immiscé dans la campagne en appelant Ségolène Royal. Croyant parler au Premier ministre québécois, la candidate socialiste avait affirmé que «les Français ne seraient pas contre» l’indépendance de la Corse.  

«Ce n'est pas la première fois que je suis viré pour raison politique», a expliqué le farceur au JDD. Il est vrai que Gérald Dahan est un habitué de ces coups d’éclat:  il avait été remercié en 2010 de France Inter après une chronique féroce envers Michèle Alliot-Marie. Déjà en 2005, après son canular sur l’équipe de France de football, il avait été licencié par… Rire et Chansons. 

Photo: Nicolas Dupont-Aignan lors d'un meeting en 2007. REUTERS/Benoit Tessier

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte