PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Claude Allègre soutient Sarkozy et voit Hollande comme le «handicap» de la gauche

Slate.fr, mis à jour le 19.02.2012 à 16 h 05

Claude Allègre. REUTERS

Claude Allègre. REUTERS

Claude Allègre contre Martine Aubry, les Le Pen qui font le show à Lille et le faible impact d'Internet sur les électeurs... C'est la revue de web présidentielle.

1.Claude Allègre: François Hollande est «le handicap» de la gauche

Dans une interview au Journal du Dimanche, l'ancien ministre socialiste Claude Allègre annonce son soutien à Nicolas Sarkozy –qui aujourd'hui n'est «ni de droite ni de gauche»–,«à condition qu'il installe un gouvernement d'union nationale».

L'ancien bras-droit de Lionel Jospin a des mots durs pour François Hollande, qu'il considère «pas capable de faire le job» et qu'il voit comme le «handicap» de la gauche:

«C'est manoeuvrier qui change sans arrêt d'avis. Si il est élu on aura Chirac II au pouvoir!»

2. La campagne de Sarkozy «au ras des pâquerettes» pour Martine Aubry 

Mais le Parti socialiste est également présent dans la bataille des interviews. Martine Aubry qualifie ainsi dans une interview au Parisien le début de campagne de Nicolas Sarkozy d'au «ras des pâquerettes». La première secrétaire du Parti socialiste est restée dans le thème marin de cette présidentielle en estimant que le président tentait «d’enfiler le costume de Capitaine Courage»:

«Mais, quand les erreurs de navigation se multiplient, il vaut mieux changer de capitaine! François Hollande, lui, donne le cap pour redresser le pays.»

Elle a également démenti les affirmations du Canard enchaîné sur des consignes du parti pour que certains maires donnent leur parrainages à Marine Le Pen, précisant que «si un élu socialiste devait apporter sa signature [à la candidate du Front National], il s’exclurait des rangs» du PS.

3.Marine Le Pen sur les abattoirs halal, Jean-Marie Le Pen sur Brasillach

Marine Le Pen était à Lille samedi 18 février pour la convention présidentielle du Front National. Elle y a dit avoir «la preuve» qu'il n'y avait «pas un seul abattoir en Ile-de-France qui ne soit halal» (la profession dément), et a annoncé le lancement d'une procédure judiciaire pour «tromperie sur la marchandise».

Son père, également présent, était en grande forme. Quand les journalistes présents l'ont interrogé sur le lancement en campagne de Nicolas Sarkozy, et plus particulièrement sur le thème des valeurs que le président a développé dans son interview au Figaro Magazine, Jean-Marie Le Pen a répondu:

«Faut être gonflé! C'est un peu comme la pute qui devient chaisière à l'église. Elle ne trompe pas. Si elle garde son maquillage, elle ne trompe personne.»

Il a également cité un poème du collaborateur Robert Brasillach en conclusion de son discours à la convention.

4. Le clash Marine Le Pen-Ruquier fait pschiit...

Il ne voulait pas l'inviter mais les règles d'égalité du temps de parole du CSA l'y ont forcé. Elle ne voulait pas y aller sans des assurances sur le déroulement de l'émission. Au final, la participation de Marine Le Pen à On n'est pas couché ce samedi 18 février a été on ne peut plus courtoise.

A la fin de l'heure d'entretien avec Natacha Polony et Audrey Pulvar, Laurent Ruquier et Marine Le Pen sont tout de même revenus sur leurs relations conflictuelles (il a présenté dans l'émission mi-novembre un arbre généalogique de la candidate du FN sous forme de croix gammée –elle a porté plainte–, et a également repris début janvier une affiche de Charlie Hebdo la comparant à de la matière fécale):

—MLP «J'ai beaucoup d'humour, sauf quand on me présente sous la forme d’un étron et qu’en cela on insulte 20 % des Français»

—LR «Parfois aussi, certains Français se sentent insultés par des propos de certains élus du Front national.»


5. Internet n'a qu'un impact marginal sur les électeurs

Les candidats à la présidentielle ont beau se démener pour faire une webcampagne, notons entre autre la nouvelle page Facebook de Nicolas Sarkozy ou la vidéo «le changement c'est maintenant» de François Hollande, celle-ci n'a qu'un faible impact, d'après la première étude sur le sujet de l'institut CSA.

Même si 75% des personnes en âge de voter ont une connexion Internet chez eux, une majorité d'internautes (57%) ne pratique couramment «ni la recherche ni le transfert d'informations politiques, ni même le visionnage de vidéos humoristiques» rapporte L'Express.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte