France / Présidentielle

2007 dans le rétro, épisode 35: Bayrou, Carolis et Duhamel parlent de «l'affaire Duhamel»

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran d'Alain Duhamel devant les étudiants de Sciences Po.
Capture d'écran d'Alain Duhamel devant les étudiants de Sciences Po.

17 FÉVRIER 2007. DANS UNE INTERVIEW PUBLIÉE par Le Figaro, le président de France Télévisions Patrick de Carolis revient sur sa décision d'interdire d'antenne Alain Duhamel pendant toute la campagne présidentielle après «l'affaire Duhamel», qui émeut le microcosme médiatico-politique depuis plusieurs jours.

Dans une vidéo datant de novembre 2006 mais diffusée sur le site Dailymotion début février, le journaliste Alain Duhamel confiait à une soixantaine d'étudiants de Sciences Po Paris se sentir proche de François Bayrou, et qu'il voterait pour le candidat Modem.

Dans Le Figaro, Patrick de Carolis pense que l'éditorialiste politique «a été piégé» par cette diffusion, mais estime qu'à «l'heure où tout circule sur Internet, chacun doit se souvenir que le métier de journaliste impose dans des périodes sensibles des règles strictes et rigoureuses».

Le patron de l'époque de France Télévisions a noté qu'il aurait été critiqué s'il n'avait pas pris cette décision, «compte tenu des responsabilités» du frère d'Alain Duhamel, le directeur général de France Télévisions Patrice Duhamel.

Le même jour, François Bayrou déclarait à propos de l'incident:

«Je préfère et de loin des journalistes objectifs, dont on connaisse l'opinion, à des journalistes dont on ne connaît pas l'opinion, mais qui sont tendancieux et partisans.»

Newsletters

Bonus Malthus

Bonus Malthus

1 bougie

1 bougie

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Ségolène Royal, ambassadrice des pôles

Newsletters