PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

Des Emirats au Tibet, les dirigeants les plus suivis sur Twitter

Mathieu Perisse, mis à jour le 16.02.2012 à 9 h 52

LANCÉ MERCREDI 15 FÉVRIER AU MATIN, le compte Twitter de Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) comptait déjà près de 63.000 abonnés vers minuit et pourrait vite rattraper le chiffre de 150.000 followers de son opposant socialiste François Hollande (@fhollande). Un nouveauté qui lui a même valu les encouragements de son ex-épouse Cécilia Attias...

Mais ce succès est à relativiser. Rapporté aux 64 millions de Français, le score du président-candidat ne couvre en effet que… 0,06% de la population du pays (mais 1,2% des twittos français si l'on retient pour base de calcul les 5,2 millions d'inscrits sur le réseau selon Semiocast). Bien sûr, le nombre de followers sur Twitter n’illustre pas forcément la popularité d’une personnalité, ni même son influence, et mais il demeure un enjeu pour les hommes politiques. Les chefs d’Etats et de gouvernements de la planète l’ont bien compris et se sont attelés, avec plus ou moins de réussite, à accroître leur public sur ce réseau aux quasi 400 millions de comptes recensés. Petit aperçu.

Hugo Chavez gouverne en direct de l'hôpital

Le maître incontesté du classement est le Premier ministre des Emirats Arabes Unis, le Sheihk Mohammed bin Rashid Al Maktoum. Sous l’imprononçable pseudonyme @HHShkMohd, pour His Highness Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, le leader de l’Etat fédéral du Golfe rassemble plus de 682.000 followers. Soit 14,8% des 4,6 millions d’habitants que comptent les E.A.U. Le Premier Ministre alimente régulièrement son compte.

Hugo Chavez (@chavezcandanga) arrive en deuxième position. Le président du Venezuela est suivi par 2,56 millions de personnes pour une population de 29 millions d’habitants, soit 8,8%, mais sans doute la moitié des utilisateurs de Twitter dans le pays. L’héritier auto-proclamé de Simon Bolivar a créé son compte en avril 2011, et est plutôt actif. Mais il est surtout connu pour l’utilisation originale qu’il fait des tweets: hospitalisé à Cuba pour soigner son cancer durant l’été 2011, il envoie alors une quarantaine de messages pour gouverner le Venezuela et prendre des décisions politiques.

Barack Obama devancé par Lady Gaga

En chiffres absolus, Barack Obama est de loin de chef d’Etat le plus observé sur Twitter. Bien qu’encore loin derrière le record de Lady Gaga (plus de 19 millions), son compte @BarackObama compte 12,5 millions d’abonnés, soit 4% des 313 millions d’Américains, et 12% environ des utilisateurs dénombrés par Semiocast.

L’hôte de la Maison Blanche s’est surtout fait remarquer pour l’utilisation des réseaux sociaux durant sa campagne en 2007 et lors de son mandat, s’imposant comme un des hommes politiques les plus actifs sur Twitter. Il a également été un des premiers à utiliser ses initiales («bo») à la fin de ses tweets lorsqu’il les écrit directement, comme dans ce message à destination de Michelle Obama lors de la Saint Valentin, mardi:

Mais tous les dirigeants de la planète ne sont pas aussi présents sur Internet. Pour la plupart d’entre eux, le nombre d’abonnés atteint péniblement 1% de la population de leur pays. Le Premier ministre de la Malaisie, Tun Razak, fait un score honorable. Avec 439.000 followers sur 28.250.000 habitants, @NajibRazak rassemble l’équivalent de 1,5% de l’archipel. Chiffre similaire pour Felipe Calderon: le chef du gouvernement mexicain (@FelipeCalderon) est suivi par l'équivalent de 1,2% de ses 112 millions de concitoyens.

Un cran en dessous, Dmitri Medvedev se distingue des autres puisqu’il possède deux comptes. Il est en effet possible de suivre le président russe sous le pseudonyme @MedvedevRussia pour la version russophone (991.000 followers) ou @MedvedevRussiaE pour la version anglophone (169.000 abonnés). Un dédoublement qui ne paie pas, puisqu’avec 1,16 million de followers au total sur 143 millions d’habitants, il ne touche que l'équivalent de 0,8% des Russes.

L'exception du dalaï-lama

Enfin, la grande majorité des leaders mondiaux sont soit absent du réseau, soit peu suivis. On retrouve ainsi en queue de peloton des dirigeants comme Benjamin Netanyahou, le chef du gouvernement israélien (@netanyahu, 0,5%), le Premier ministre canadien Stephen Harper (@pmharper, 0,5%) ou Mariano Rajoy (@marianorajo, 0,4%) fraîchement élu à la tête d'un pays très branché Twitter.

S’il n’est pas officiellement un chef d’Etat, le dalaï-lama fait figure d’exception. Son compte @DalaiLama recense 3.600.000 abonnés, soit plus que les trois millions d’habitant de la Région autonome du Tibet (Chine). Un chiffre qui s’explique par le fait qu’une grande partie des Tibétains ne résident pas dans cette région et que son discours trouve un écho dans bon nombre de pays occidentaux. Résultat: le dalaï-lama explose les statistiques en étant suivi par l'équivalent de plus de 120% de ses concitoyens.

Mathieu Perisse
Mathieu Perisse (47 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte