PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

2007 dans le rétro, épisode 33: La démission d'Eric Besson fait réagir

Aurélia Morvan, mis à jour le 15.02.2012 à 15 h 38

Ségolène Royal réagit au départ d'Eric Besson le 15 février 2007 (Fr2/Ina)

Ségolène Royal réagit au départ d'Eric Besson le 15 février 2007 (Fr2/Ina)

15 FÉVRIER 2007. LES RÉACTIONS SE MULTIPLIENT après le départ d'Eric Besson du Parti socialiste. Si, à gauche, Jack Lang qualifie l'affaire de «couac secondaire», à droite, Nicolas Sarkozy, en visite sur l'île de la Réunion, ne manque pas de tacler sa rivale en commentant le départ de celui qui est aujourd'hui son ministre chargé de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique:

«Je pense qu'on n'est pas un homme seul ou une femme seule, c'est une équipe. Cette équipe doit être cohérente, chacun doit s'y trouver bien et prendre toute sa place. Vous comprendrez bien que si on rassemble sa famille, on peut rassembler la France.»

Interrogée sur le sujet lors d'un déplacement dans une usine du nord de la France, Ségolène Royal affirme que l'affaire est déjà classée et demande de la discipline au sein du PS:

«Est-ce que vous croyez que les salariés ici présents connaissent Monsieur Besson? Vous connaissez Monsieur Besson, vous?»

L'intéressé juge la candidate «indélicate» et admet qu'il aurait souhaité «partir sans bruit» dans une lettre adressée à des membres du PS, conclue par ses «amitiés (encore) socialistes». Eric Besson publiera par la suite un livre intitulé Qui connaît Madame Royal? avant de rallier l'UMP dès le soir du premier tour de l'élection présidentielle.

Photo: Ségolène Royal, le 15 février 2007 (France 2/Ina).

Aurélia Morvan
Aurélia Morvan (48 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte