PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

500 signatures? Non, 500 promesses (pour l'instant)

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 31.01.2012 à 17 h 38

«JACQUES CHEMINADE A LES 500 SIGNATURES», titrait ce matin Le Figaro. Un raccourci (non présent dans le texte de l’article) que nous avons repris dans notre article consacré au sujet et qui mérite un petit rectificatif: il ne s’agit pas de signatures, mais de promesses de signatures.

Pour l’instant, il est impossible pour un élu de signer un formulaire de parrainage en faveur d’un candidat. Ceux-ci seront en effet envoyés par les préfets aux élus concernés à partir du 24 févrie, une fois que le ministère de l’Intérieur aura publié le décret de convocation des électeurs. En 2007, compte tenu du cumul des mandats, on estimait à plus de 42.000 le nombre d’élus habilités à parrainer un candidat, dont les trois quart étaient des maires.

De nombreuses règles gouvernent ces parrainages: les 500 signatures doivent émaner d’au moins trente départements différents et un candidat ne peut en présenter plus de cinquante venant du même département. Un élu ne peut donner qu’un seul parrainage, ne peut se rétracter une fois que son formulaire a été envoyé rue Montpensier et ne peut exiger l’anonymat (pour chaque candidat, seulement 500 noms, choisis par tirage au sort, seront publiés au Journal officiel). Les formulaires doivent parvenir au plus tard au Conseil constitutionnel le vendredi 16 mars à 18 heures, sachant que les candidats peuvent en collecter et en déposer de leur côté.

Depuis 1981, première élection où la règle des 500 signatures s'est appliquée, le nombre de parrainages a oscillé entre 14.462 (1995) et 17.815 (2002), soit en moyenne 1.000 à 1.500 parrainages par candidat —beaucoup plus pour les gros, beaucoup moins pour les «petits», qui terminent fréquemment entre 500 et 600. Lors des deux dernières élections présidentielles, le Conseil constitutionnel avait invalidé environ 1% des parrainages et avait par ailleurs informé les candidats jour après jour du nombre de formulaires reçus.

Et s’il arrive fréquemment qu’un candidat affirme avoir obtenu 500 promesses de signatures afin de donner du crédit à sa campagne, cela ne préjuge pas du résultat final... Fin janvier 2002, Charles Pasqua avait ainsi affirmé qu’il avait les 500 promesses, mais ne les avait pas concrétisées. En 2007, l’homme d’affaires Rachid Nekkaz avait connu la même mésaventure, tout en créant la polémique en mettant aux enchères la signature d’un maire… avant de la déchirer.

Photo: la façade du Conseil constitutionnel. REUTERS/Charles Platiau.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (942 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte