PresidentiellePrésidentielle 2012 live directFrance

La Corrèze de François Hollande est-elle vraiment «la Grèce de la France»?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 29.01.2012 à 18 h 49

LE MINISTRE DE L'INTERIEUR CLAUDE GUEANT a comparé dans un entretien au Parisien dimanche 29 janvier la situation économique de la Corrèze, dont François Hollande est président du conseil général depuis 2008, à celle de la Grèce:

«Les leçons de M. Hollande sont tout de même curieuses: la Corrèze, c’est la Grèce de la France! C’est le seul exemple de collectivité qu’il ait gérée puisqu’il n’a pas été au gouvernement. Or la Corrèze a présenté un plan de redressement au gouvernement. On lui a apporté 11,5 M€. Et puis, comme le fait le FMI, on lui a demandé de prendre des mesures de redressement. Il a augmenté les tarifs des transports scolaires, celui des cantines, etc. Voilà l’exemple de la gestion de M. Hollande!»

Ce n’est pas la première fois que François Hollande est la cible d’attaques sur sa gestion financière de la Corrèze. Ségolène Royal avait introduit le thème dans la campagne de la primaire socialiste en critiquant la politique budgétaire de Martine Aubry et François Hollande lors de l'université d'été de La Rochelle:

«La Corrèze est le département le plus endetté de France. Imaginez ce que l'on dirait si c'était le Poitou-Charentes! Et puis regardez bien les hausses d'impôts dans la communauté d'agglomération de Lille. Ce n'est pas rien.»

François Hollande lui-même a récemment fait le constat «implacable» que l’encours de la dette corrézienne «est trois fois plus élevé que la moyenne des départements». Il a déclaré le 2 décembre 2011 devant le conseil général de Corrèze:

«Si un Conseil général n’a pas la maîtrise de ses recettes et ne peut pas engager des dépenses pour l’avenir, s’il n’est plus qu’un guichet qui sert des prestations d’État, à quoi bon avoir des élus?» 

Comme l’a souligné Claude Guéant, la Corrèze fait bien partie des sept départements qui ont bénéficié d’une aide exceptionnelle du gouvernement en 2011, à hauteur de 11,5 millions d’euros. Mais la dette du département augmente moins vite sous Hollande que sous son prédécesseur UMP: de 258 à 346 millions d'euros de fin 2007 à fin 2010, alors qu'elle était passée de 106 à 258 millions de fin 2004 à fin 2007.

Sur Slate.fr, Jean-Marie Pottier avait détaillé pendant la primaire socialiste la gestion des différentes collectivités territoriales des candidats pour tenter de les départager sur ce thème. Conclusion:

«L’agence PES, qui note les collectivités locales depuis le début des années 2000, a elle attribué, au vu des comptes de l’exercice 2009, la même note («une étoile», qui dénote une situation standard) à Lille, à la Corrèze, au Tarn-et-Garonne et à la Saône-et-Loire. Mais ces collectivités se distinguent sur les critères retenus pour établir les notes: Lille, ainsi, est réputée pour la fiabilité de sa gestion par rapport aux prévisions, mais pénalisée par le niveau élevé de ses dépenses de fonctionnement; la Corrèze est bien notée sur la fiscalité mais pénalisée sur sa solvabilité».

Photo: François Hollande à l'Assemblée nationale le 12 avril 2011, REUTERS/Jacky Naegelen

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte